Rencontre Tennis

Victoria Mboko : blague avec Nadal, s’inspire des pros et anticipe un été chargé

Victoria Mboko : blague avec Nadal, s’inspire des pros et anticipe un été chargé


Disponible sur le site de Tennis Canada, grâce à l'accord de l'ITF

MBOKO BLOG : J'AI PLAISANT AVEC RAFA NADAL SUR LA FROIDITÉ DES BAINS DE GLACE

Bienvenue sur le premier article du blog de Victoria Mboko. La joueuse de 15 ans progresse sur la voie des joueuses de l'ITF et participe actuellement aux épreuves féminines de l'ITF World Tennis Tour ainsi qu'aux tournois juniors. Elle a représenté le Canada à la finale mondiale de tennis junior de l'ITF 2019 à Prostejov et à la finale de la coupe junior Billie Jean King 2021 par BNP Paribas à Antalya. Vicky, qui est classée n ° 12 au classement féminin et n ° 783 au classement WTA, a de grandes ambitions pour l'avenir et écrira régulièrement des articles pour l'ITF, donnant un aperçu de son parcours de tennis. Suivez ses progrès ici.

En dehors du terrain, la plupart des gens me voient probablement avec mes écouteurs et moi étant assez silencieux, même si je vais maintenant écrire un blog régulier pour l'ITF et donner un aperçu de ma vie en tant qu'aspirant joueur de tennis.

Pour ceux d'entre vous qui ne me connaissent pas, je m'appelle Vicky Mboko, j'ai 15 ans et je m'entraîne à Montréal au Centre national d'entraînement de Tennis Canada après avoir grandi à Burlington, en Ontario.

Bien que je sois Canadien, je suis né à Charlotte, en Caroline du Nord, où ma famille s'est installée après avoir laissé derrière elle les troubles politiques en République démocratique du Congo.

C'était à Burlington où j'ai vu mes trois frères et sœurs aînés – Gracia, Kevin et David – jouer au tennis. C'étaient des joueurs vraiment passionnés et je les voyais s'entraîner et je suppose que je suis tombé amoureux de ce sport à partir de là.

Quand j'ai décidé que je voulais essayer, mon père, Cyprien, n'arrêtait pas de me donner des balles et je courais constamment après. Bien qu'il n'ait que quatre ans environ, il m'a également donné des cours à l'Académie de tennis ACE et je les ai vraiment appréciés.

Mon appréciation du jeu a grandi et j'ai commencé à gagner des tournois locaux, puis nationaux, d'où j'ai attiré l'attention de Tennis Canada. Avance rapide jusqu'à aujourd'hui et, ayant également été formé en Floride, je suis à Montréal en permanence.

Je l'apprécie vraiment ici et je reste avec une famille d'accueil, avec qui j'ai de bons liens. Bien qu'il y ait des moments où la maison me manque, j'ai l'habitude d'être loin, ayant été sur la route – voyageant ici, là-bas et partout – depuis l'âge de huit ans.

Dans les deux prochains mois, ce voyage me verra me diriger vers l'Europe où j'espère participer pour la première fois aux tirages au sort juniors de Roland Garros et des Championnats de Wimbledon.

Viennent ensuite de grands tournois ici au Canada – l'Omnium Banque Nationale, par exemple – donc ce sera une période importante alors que je cherche à continuer à progresser et à viser haut.

Pour moi, avoir de nouvelles expériences est essentiel et lors de ces événements à venir, j'aurai de nouvelles chances de côtoyer des joueurs professionnels et ceux qui concourent dans les ligues majeures. J'ai hâte d'avoir l'occasion de le faire et de ressentir l'ambiance lors de grands événements.

C'était lors d'un Grand Chelem - les Championnats juniors de l'Open d'Australie en janvier - où j'ai vécu la meilleure expérience de ma carrière jusqu'à ce que j'y fasse mes débuts dans le tableau principal.

Kayla Cross et moi avons ensuite atteint la finale du double filles où nous avons perdu contre Clervie Ngounoue et Diana Shnaider, mais ce fut une belle expérience et nous avons pu jouer à la Rod Laver Arena et à la Margaret Court Arena.

Nous avons également pu voir tous les pros dans les vestiaires et l'une de mes plus grandes idoles en grandissant était Rafael Nadal. En fait, j'ai commencé à jouer avec Babolat simplement parce que je voulais la même raquette que lui.

Je l'admirais vraiment et je le regardais beaucoup à la télévision. Son aura et sa présence me fascinent et il était l'un des joueurs dans le vestiaire pendant que Kayla et moi y étions.

J'ai entamé une conversation - seulement courte et amusante - sur la froideur des bains de glace, mais après j'étais sous le choc, et pour un jeune joueur faisant ses premiers pas dans le jeu professionnel, c'est un moment qui vivra longtemps dans le Mémoire.

Cela dit, cependant, il y a beaucoup de motivation plus près de chez nous avec des gens comme Felix Auger-Aliassime, Bianca Andreescu, Leylah Annie Fernandez et Denis Shapovalov, tous de jeunes Canadiens qui font leur marque sur la scène mondiale.

Je ne les vois pas trop souvent car ils sont en compétition, mais quand ils viennent au Centre national d'entraînement, je les vois au gymnase et j'ai peut-être un coup.

Cependant, ils suscitent beaucoup d'inspiration chez les jeunes enfants canadiens et ils sont des modèles pour beaucoup de gens, moi y compris. C'est vraiment fantastique de les voir bien faire et cela crée une voie de but pour moi et d'autres jeunes joueurs affamés.

Ce parcours m'a vu jouer trois semaines consécutives d'événements professionnels le mois dernier, et il y a une atmosphère très différente dans les tournois par rapport aux juniors. Tout le monde est plus âgé que moi et plus expérimenté, alors je ne connais personne et je me concentre uniquement sur moi-même.

Auparavant, je n'avais remporté que trois matchs du tableau principal sur le circuit mondial de tennis de l'ITF, mais lors de ma dernière compétition, j'ai atteint la finale à W25 Monastir avant de perdre contre le Chinois Lin Zhu en trois sets. C'est le début, mais cela ressemblait à un grand pas en avant.

Donc, c'est un peu sur moi et mon parcours. Comme je l'ai dit, j'écrirai des blogs réguliers pour l'ITF dans les mois à venir, et j'ai hâte de vous tenir au courant de mon parcours de tennis dans les semaines à venir.

Le compte à rebours de ces grands tournois et des Grands Chelems en Europe est lancé et je travaille aussi dur que possible pour y réussir. Souhaite moi bonne chance!





Cliquez ici pour voir l'article original