Rencontre Tennis

Tebbutt : Vasek est le leader canadien

Tebbutt : Vasek est le leader canadien


Les espoirs canadiens de succès aux finales de la Coupe Davis 2021 dépendront en grande partie du fidèle Vasek Pospisil.

Avec Félix Auger-Aliassime, Denis Shapovalov et Milos Raonic indisponibles, le joueur de 31 ans de Vancouver sera le joueur numéro un de l'équipe alors qu'il dispute son 23e match nul depuis 2008.

Le Canada, dans le groupe B avec la Suède et le Kazakhstan, joue ses matchs à Madrid avec le groupe A composé de l'Espagne, de la Fédération russe de tennis et de l'Équateur. Les quatre autres groupes de trois équipes sont répartis entre Innsbruck, en Autriche, et Turin, en Italie. Les demi-finales et la finale se joueront au Pavilion Madrid Arena à Madrid.

Il y a deux ans, la dernière fois que les finales de la Coupe Davis ont eu lieu, et la première fois que les finales ont regroupé 18 équipes sur un même site, le Canada a atteint la finale avant de s'incliner face à l'Espagnol dirigé par Rafael Nadal.

À cette occasion, Pospisil a joué de manière impressionnante – compilant un record de 3-1 en simple avec des victoires sur Fabio Fognini, Reilly Opelka et John Millman avant de s'incliner face à Andrey Rublev. Il avait également une fiche de 2-1 en double avec Shapovalov.

Lors du match d'ouverture de jeudi, le Canada affrontera la Suède avec Pospisil, son classement étant passé au 133e, probablement contre le 93e Mikael Ymer, 23 ans, et probablement le 234e Brayden Schnur ou le 277e Peter Polansky affrontant le frère de Mikael. Elias, numéro 171, 25 ans. Aucun des joueurs canadiens, y compris le numéro 264 Steven Diez, n'a affronté l'un ou l'autre des frères Ymer.

Le format est le simple n°2 qui s'affronte suivi des n°1, puis un double. Il semble presque certain que le pedigree bien établi de Pospisil en double sera combiné avec Schnur ou Polansky contre un duo suédois qui pourrait inclure Andre Goransson, 27 ans, dont le classement ATP en double est n ° 64. Ancien n ° 4 mondial (2010) Robin Soderling est le capitaine suédois.

Le dimanche 28e, le Canada affrontera l'autre équipe du groupe B, le Kazakhstan. Les Kazakhs, avec le décalé mais talentueux n°36 Alexander Bublik, ne démarrent que la veille, samedi 27e, contre la Suède.

Lors de la conférence de presse pré-événement de mardi, Schnur n'était pas présent et il a été annoncé qu'il était « sous le temps » avec un problème non-Covid. La spéculation avait été qu'il serait le candidat probable pour le deuxième single.

Quant au numéro 1, le capitaine Frank Dancevic n'a laissé aucun doute sur son identité. « Vasek jouera certainement en simple et en double », a-t-il déclaré. « Pour les autres joueurs, ce n'est pas encore décidé.

Revenant à 2019 et à sa grande performance à Madrid, Pospisil a déclaré : « Ce fut une semaine incroyable, une course incroyable pour notre équipe. La première fois que nous avons atteint la finale – des souvenirs incroyables et certainement l'un des moments forts de ma carrière. Faire une finale de Coupe Davis est spécial. Je suis extrêmement motivé, et jouer ici j'aime les courts et les conditions. Cela me rappelle de bons souvenirs d'il y a deux ans. Donc, je sens que lorsque j'entrerai sur le terrain, je serai prêt à y aller.

Concernant Mikael et Elias Ymer, il a déclaré : « Je les ai vus jouer et je connais un peu leurs jeux. Chaque match ici est difficile et j'ai l'impression que nous avons une bonne chance de remporter le match nul. En finale de Coupe Davis, il n'y a pas de matchs faciles.

Pour Dancevic, 37 ans, qui a représenté le Canada 24 fois en tant que joueur au cours de sa carrière avec une fiche globale de 18-22, ce sera son neuvième match nul en tant que capitaine. Interrogé sur ce qu'il ressentait de ne pas jouer réellement, il a ri et a répondu: «Je suis heureux de ne pas courir avec ces gars pour être honnête. Mais en même temps, je suis super privilégié et très honoré de faire partie de cette équipe et de travailler avec eux. Sur et en dehors du terrain, la semaine a été géniale jusqu'à présent et l'ambiance est géniale.

Sur le nouveau format consistant à réunir toutes les équipes au même endroit (bien que trois cette année) et des matchs nuls deux sur trois sur une journée par rapport aux matchs aller-retour et trois matchs sur cinq en l'ancien format, Pospisil a déclaré : « Je pense que le fait d'avoir toutes les équipes au même endroit peut être incroyable, un potentiel incroyable pour l'événement. Il y a une période de construction qui doit évidemment se produire. Mais les liens à domicile me manquent, des parties de l'ancien format me manquent. Cela dit, je comprends les avantages et le potentiel d'avoir toutes les équipes en un seul endroit. J'aime jouer pour mon pays et tant qu'il y a le soutien de la foule, c'est super agréable de jouer devant de grandes foules. Il y a deux ans, nous avions une super section d'acclamations et une super ambiance.

Il est décevant pour les partisans canadiens que les deux meilleurs joueurs du pays – Félix Auger-Aliassime, classé 11e et Denis Shapovalov, 14e – ne soient pas à Madrid.

Le fait qu'ils aient été les deux joueurs de simple du Canada en finale (contre l'Espagne) il y a deux ans lors de la première finale de la Coupe Davis rend la situation encore plus malheureuse.

Mais cela a été une année longue et difficile avec la mise en quarantaine et les bulles obligatoires dans de nombreux tournois, ce qui la rend particulièrement pénible pour les joueurs.

Cette finale de Coupe Davis se terminera le 5 décembre, ce qui signifie que les joueurs n'auraient que trois semaines environ avant de devoir partir pour l'Australie et le début de la nouvelle saison prévu pour le 2 janvier.

A titre de comparaison, il y a trois ans en 2018, Auger-Aliassime a terminé sa saison à Vienne le 22 octobre et Shapovalov a terminé le 29 octobre à Paris. Cela laissait beaucoup de temps pour une pause de deux ou trois semaines loin du match, puis trois ou quatre semaines pour se préparer pour la nouvelle année menant à l'Open d'Australie. Avec une fin début décembre cette année, c'est presque comme si un joueur devait choisir entre une pause (probablement des vacances dans un endroit chaud et relaxant) ou pratiquement aucune pause et se lancer directement dans un entraînement intensif pour 2022.

Il y a un an, Auger-Aliassime se terminait le 11 novembre à Sofia, en Bulgarie, tandis que le dernier match de Shapovalov était également à Sofia, le 10 novembre. Mais c'était différent car la nouvelle saison (2021) en Australie a été retardée et n'a pas commencé depuis les deux jusqu'au début février.

Ainsi, leur décision de manquer la Coupe Davis est logique dans le contexte du large arc de leur carrière toujours en évolution.

Dancevic a confirmé cette idée en disant : « Cela a été une année et demie vraiment difficile avec tout ce qui se passe sur la planète. Dans l'ensemble, être un joueur de tennis de nos jours n'est pas facile – il y a beaucoup de voyages et d'épuisement mental pour les joueurs. Il est compréhensible que certains gars soient plus enclins à se blesser à cette période de l'année et plus enclins à être épuisés et ils ont besoin d'un peu de répit. Je comprends tout à fait d'où ils (Auger-Aliassime et Shapovalov) viennent. Ce sont des joueurs d'équipe et ils adorent jouer pour leur pays. Ils ont été ici tous les liens dans le passé depuis que je suis capitaine (2018) et je suis sûr qu'ils seront là à l'avenir s'ils sont en bonne santé et prêts à partir.

Photo : Mauricio Paiz

Quant à Milos Raonic, désormais classé n°70, il n'a disputé qu'un seul match – une défaite en trois sets contre l'Américain Brandon Nakashima à Atlanta en juillet – depuis l'Open de Miami en mars en raison d'une blessure au mollet. Il semble qu'il espère revenir sur la tournée en Australie.

Il y a une couverture en direct du Canada contre la Suède, puis du Canada contre le Kazakhstan à partir de jeudi à 10 h HE au Canada sur Sportsnet (Ontario, Ouest et Est) avec les commentateurs Rob Faulds et Robert Bettauer. Marie-Eve Pelletier et Sébastien Goulet assureront des fonctions similaires pour TVA Sports.

Ci-dessous – Dancevic avec l'entraîneur de l'équipe Guillaume Marx.





Cliquez ici pour voir l'article original