Rencontre Tennis

Tebbutt : Sebov est récompensé pour sa persévérance

Tebbutt : Sebov est récompensé pour sa persévérance


Il n'y a pas eu de raccourcis dans le parcours tennistique de Katherine Sebov. Jeudi, lors du dernier tour de qualification de l'Open d'Australie, elle a obtenu une récompense pour tous ses efforts dans les ligues mineures du sport – une place dans le tableau principal de cette année. C'est sa première à un événement du Grand Chelem et elle l'a fait en battant Simona Waltert de la Suisse 6-4, 6-3.

La torontoise de 24 ans a fait ses débuts dans le classement WTA à 16 ans en 2015, se classant parmi les 300 premières deux ans plus tard, mais n'a pas réussi à se classer parmi les 200 premières pendant encore cinq années complètes.

Cela ne s'est produit que ce mois-ci et sa victoire sur Waltert, classée n ° 129, l'a propulsée à un record personnel n ° 190.

"C'est le plus grand moment de ma carrière", a-t-elle déclaré juste à l'extérieur du court 3 juste après sa victoire. "J'ai beaucoup travaillé et ce n'est pas facile de passer par les tournois ITF (Fédération Internationale de Tennis) et d'y rester un moment. J'ai dû vraiment baisser la tête et travailler… parfois c'était très difficile. Donc être ici dans le tableau principal après avoir passé les qualifications et battu de très bons joueurs - c'est définitivement un moment très heureux pour moi.

Katherine Sebov s'agenouille sur le terrain et se retourne et sourit.
Photo : Martin Sidorjak

La genèse de son jeu amélioré remonte à l'automne 2022 lorsqu'elle a atteint la finale d'un Challenger Banque Nationale de 60 000 $ à Saguenay, au Québec, puis s'est qualifiée et s'est qualifiée pour les quarts de finale d'un événement WTA 125 à Midland, Michigan, y compris une victoire sur la Chinoise Zhu Lin, classée n ° 58 (l'adversaire de premier tour de Rebecca Marino lors du tableau principal de l'Open d'Australie 2023).

"J'ai eu quelques victoires comme la n ° 80 mondiale et une fille comme la n ° 60 à la fin de l'année dernière et cela m'a définitivement donné confiance", a déclaré Sebov. "Même en jouant à Toronto (National Bank Open) contre (No. 46 Yulia) Putintseva, trois sets, cela m'a donné confiance que j'étais à ce niveau."

Katherine Sebov anticipe un bal.
Photo : Martin Sidorjak

Le temps prolongé de Sebov dans les tranchées du jeu lui a donné une perspective, et elle est devenue une sorte de joueuse de tennis pensante.

"Ma théorie est qu'il n'y a pas de match facile", a-t-elle déclaré. "Donc, contre quelqu'un qui est n ° 1000 au monde, ou n ° 50, il y a juste des défis différents. Par exemple, lorsque vous participez à un (événement) à 25 000 $, vous vous attendez à tout gagner, vous devez mettre cela de côté lorsque vous sortez et jouez contre ces adversaires. De plus, ils pourraient jouer un peu de manière non conventionnelle, ce n'est pas un rythme facile, vous devez donc beaucoup vous ajuster. L'opposition ici est beaucoup plus forte sur le papier et dans la réalité, mais il y a certainement des défis contre n'importe qui.

Dans l'esprit de Sebov, le défi contre Waltert, une version plus grande et plus maigre de 22 ans d'une joueuse comme Camila Giorgi en termes de tirs durs et plats, était de "juste jouer mon jeu pour la précipiter". Avec un grand sourire, elle a ajouté: «Je précipite toujours les gens et les fais mal jouer. C'est un peu mon truc. C'était la clé, je suppose.

Waltert a commencé le match instable et incertain et s'est rapidement retrouvée à la traîne 4-0. C'était toute la séparation dont Sebov avait besoin pour continuer et clôturer le premier set 6-4 en 34 minutes.

Les deux matchs du début du deuxième set ont été très compétitifs, même s'ils sont de qualité modeste. Le premier était un match à huit points avec Waltert tenant le service en 13 minutes et le second un match à quatre points qui a duré huit minutes avant que Sebov ne tienne. Mais une fois qu'elle l'a fait et qu'elle a cassé le service à 3-2, Waltert a semblé se dégonfler et le résultat ne faisait plus vraiment de doute.

Avec tant d'enjeux, il n'est pas surprenant qu'il y ait eu un jeu nerveux et inégal – Sebov terminant avec 15 points gagnants et 35 fautes directes et Waltert avec 18 points gagnants et 48 fautes directes.

Katherine Sebov garde un œil sur le ballon alors qu'elle se prépare à frapper un coup droit.
Photo : Martin Sidorjak

Cette victoire garantit à Sebov un chèque du premier tour de 106 250 $ AUS (73 250 $ US). Interrogée sur l'importance pour elle, elle a déclaré: «J'essayais de ne pas y penser. Je n'y ai pas pensé. L'aspect financier représente beaucoup d'argent pour moi – dans les ITF, vous ne gagnez vraiment pas beaucoup d'argent et vous dépensez beaucoup plus d'argent que dans des tournois comme celui-ci.

"Mais ce n'est pas vraiment une question d'argent pour moi - c'est une question de jeu. Peu m'importe où je joue… le tournoi de niveau le plus bas ou le plus haut niveau, je vais toujours faire de mon mieux et m'amuser là-bas, peu importe combien je suis payé ou non.

À ce moment-là, Sebov ne savait pas contre qui elle serait tirée au premier tour de la semaine prochaine – avec des possibilités allant de deux qualifiés, qui joueront l'un contre l'autre, à quelqu'un face à la tête de série n ° 4 Caroline Garcia. . Sebov n'a reçu aucun cadeau et affrontera en effet la Française de 28 ans, vainqueur des Championnats WTA en novembre dernier.

Assez ironiquement, le vainqueur de ce match affrontera soit une autre Française, la n°34 Alizé Cornet, soit une autre Canadienne, la n°39 Leylah Annie Fernandez. Ils se rencontrent au premier tour.

TIRER DES CONCLUSIONS

Quelqu'un a dit un jour que la chance la plus importante au tennis était la chance du tirage au sort.

Cela sonnera probablement vrai pour certains joueurs canadiens après la cérémonie de tirage au sort de l'Open d'Australie 2023 jeudi après-midi dans la principale salle d'entrevue avec les médias à Melbourne Park.

Du point de vue canadien, le match le plus difficile à déchiffrer est Félix Auger-Aliassime, tête de série n ° 6, face à son compatriote Vasek Pospisil, actuellement classé n ° 94. Sur le papier, Auger-Aliassime doit être le favori, ayant atteint l'Australien. Ouvrir les quarts de finale il y a un an avant de détenir une balle de match et de perdre face à l'éventuel finaliste Daniil Medvedev en cinq sets.

Pospisil n'a pas gagné de match à Melbourne Park depuis 2015. Bons amis, Auger-Aliassime mène leur tête-à-tête 3-1 mais Pospisil, 32 ans, a remporté sa dernière rencontre au cours de l'année pandémique 2020 à Vienne, 7 -5, 7-5.

Ils sont dans la moitié du tirage au sort de Rafael Nadal, le vainqueur affrontant Stan Wawrinka, classé n ° 139, ou Alex Molcan, n ° 54, au deuxième tour. Le potentiel à long terme pour le plus grand match de pop-corn est contre la tête de série n ° 3 Stefanos Tsitsipas en quart de finale.

Également dans la moitié de terrain de Nadal se trouve la tête de série n ° 20 Denis Shapovalov qui débute contre le vétéran serbe classé n ° 81 Dusan Lajovic, 32 ans. Shapovalov a remporté sa seule rencontre précédente – 6-1, 6-3 sur terre battue à Madrid en 2021. son sixième Open d'Australie (9-5 dont une défaite contre l'éventuel champion Nadal en quarts de finale 2022 en cinq sets), Shapovalov, 23 ans, pourrait faire face à une éventuelle confrontation au troisième tour contre la dixième tête de série Hubert Hurkacz.

Dans l'ensemble, le tirage au sort masculin n'est pas rempli de confrontations exceptionnelles au début du tour avec la tête de série n ° 13 Matteo Berrettini contre Andy Murray en étant peut-être un, mais probablement principalement à cause de l'attrait du Britannique de 35 ans. Le titre principal du tableau masculin est que Nadal, tête de série n ° 1, et Novak Djokovic, n ° 4 (avec 11 titres de l'Open d'Australie entre eux) sont de part et d'autre du tableau.

Si les Canadiens Auger-Aliassime et Shapovalov auraient pu faire bien pire dans leurs tirages, du moins sur le papier, les deux meilleures Canadiennes, Leylah Annie Fernandez et Bianca Andreescu, n'ont pas été aussi chanceuses.

Fernandez, qui n'était pas en forme et a perdu au premier tour il y a un an contre l'Australien peu connu Maddison Inglis, débutera contre la fougueuse française Alizé Cornet – face à face 1-0 Fernandez, 6-2, 6-3 à Indian Wells en 2021. Elle pourrait alors affronter une deuxième Française consécutive, la quatrième tête de série Caroline Garcia.

Il faudra du tennis de haut vol dès le départ à Fernandez pour se faire les dents dans le tournoi. De même pour Bianca Andreescu, classée n ° 42, alors qu'elle affronte la solide comme le roc, sinon la sensationnelle, Marie Bouzkova, la n ° 26 mondiale. Andreescu mène leur tête-à-tête 2-1 mais la Tchèque de 24 ans a gagné leur dernière rencontre – 6-7 (9), 6-2, 7-5 lors de l'événement Melbourne 250 lors de cet été pandémique australien 2021.

Au deuxième tour, Andreescu affronterait le vainqueur de deux éliminatoires, puis aurait peut-être un troisième tour contre la tête de série Iga Swiatek, qui doit faire face à la commotion cérébrale Julie Niemeier d'Allemagne lors de son match d'ouverture.

Rebecca Marino, qui participe à son sixième (2-5) Open d'Australie depuis 2011, a attiré la n ° 95 Zhu Lin pour son premier match et pourrait affronter la tête de série n ° 32 Jil Teichmann de Suisse ou la n ° 96 Harriet Dart de Grande-Bretagne au deuxième tour.

Le match de premier tour le plus fascinant du tableau féminin comprend un duo des deux seuls vainqueurs précédents dans le peloton de cette année – la championne 2012-13 Victoria Azarenka contre la gagnante 2020 Sofia Kenin.

Plus loin sur la piste au troisième tour, il pourrait y avoir des affrontements intranationaux américains et tchèques à succès – la tête de série n ° 3 Jessica Pegula contre la n ° 28 Amanda Anisimova et la n ° 15 Petra Kvitova contre la n ° 20 Barbora Krejcikova.





Cliquez ici pour voir l'article original