Rencontre Tennis

Tebbutt : sans nuages ​​à Indian Wells

Tebbutt : sans nuages ​​à Indian Wells


Ce ne sont pas vraiment des nouvelles de dernière heure dans cette partie de l'État doré de Californie, mais il n'y avait pas de nuages ​​dans le ciel mercredi lorsque l'action du tableau principal a commencé – uniquement dans l'épreuve féminine.

Il y avait aussi du jeu continu dans les qualifications masculines, en particulier pour les Canadiens que Vasek Pospisil espérait gagner et se qualifier pour jouer dans le tableau principal de l'Open BNP Paribas pour la neuvième fois de sa carrière.

Ce n'était pas censé l'être et les origines de sa défaite 7-6 (5), 7-5 contre Thanasi Kokkinakis au dernier tour remontent probablement à sa conversation avec un journaliste après sa victoire au premier tour contre Egor Gerasimov. mardi.

Pospisil a alors parlé d'être fatigué et d'avoir un problème avec une souche de quadriceps (gauche).

Dès le début mercredi dans le stade 3, il y avait des indications - atterrissant un peu prudemment sur la jambe gauche lorsqu'il servait par exemple - qu'il n'était pas aussi vif qu'il le souhaiterait. Néanmoins, il a eu ses moments d'éclat dans un match inégal et marqué par de brusques revirements d'élan.

Pospisil a été breaké au troisième jeu et Kokkinakis semblait alors destiné à une victoire simple au premier set – en particulier après avoir servi trois as de suite et ce qui semblait être un quatrième (sauf que c'était un 'let') pour prendre le jeu. et une avance de 5-3. Il a fini par perdre ce point "let" sur un retour de service agressif de Pospisil mais a conclu le match au point suivant avec - quoi d'autre ? – un autre as.

Après que Pospisil ait tenu 4-5, la bulle de Kokkinakis a éclaté (pas aidé par le fait de devoir servir dans le soleil) et il a commencé avec l'exact opposé des as – des doubles fautes consécutives pour prendre du retard sur love-30. Il a égalisé à 30 partout mais Pospisil a obtenu le break deux points plus tard avec une volée emphatique en coup droit.

De là, il a tenu à aimer pendant 6-5 avant que les choses ne se résolvent finalement dans un tie-break. Il a mené 4-1, poursuivant apparemment sa poussée de la série de points précédente et apparemment en contrôle. Mais Kokkinakis est revenu à 4-tous, puis le set équilibré sur deux points à 5-tous – ils ont présenté des échanges approfondis, rapides et prolongés qui ont été le point culminant et le point culminant du set. Kokkinakis a remporté les deux - le premier sur un coup droit large de Pospisil et le second sur un revers dans le filet.

Kokkinakis a ensuite pris une pause de confort de cinq minutes hors du terrain et quand il est revenu, il a tenu le service, a cassé et a tenu à nouveau pour prendre une avance de 3-0. Pospisil avait l'air plutôt bien cuisiné. Mais le joueur de 31 ans a toujours été fort et malgré ses problèmes physiques, il a fait un retour courageux – passant à 3-4 puis sauvant cinq balles de break pour égaliser le set à 4-tout. Ce jeu m'a rappelé l'expression française "l'énergie du désespoir" (l'énergie du désespoir) alors que Pospisil se battait avec tout ce qu'il lui restait - décrocher quelques gagnants absolus en coup droit.

Mais il commençait à s'user et lors des changements de 4-5 et 5-6, il a reçu des frottements de la cuisse gauche par l'entraîneur vétéran de l'ATP Tour, Per Bastholt. Il avait l'air frustré et résigné lorsque le Danois est arrivé pour l'aider.

Servant enfin à 5-6, son destin était plutôt bien scellé quand il a raté mal avec un coup droit haut, une volée rangée dans le filet pour porter le score à 15-30. A 15-40, double balle de match, il a sauvé le premier d'un as mais pas le second. le coup de grâce dans le match de deux heures et 12 minutes, Kokkinakis l'a pris à contre-pied avec un coup droit irréversible.

L'Australien de 25 ans est un joueur de base solide mais n'a rien de l'éclat de Pospisil, qui a frappé plusieurs coups droits sublimes à l'intérieur / à l'extérieur qui ont laissé Kokkinakis au dépourvu – mort dans son élan. Même s'il avait parfois des balles courtes qui auraient pu être idéales pour les amortis, Kokkinakis n'a pas la finesse et la sensation de Pospisil et n'en a pas tenté une seule pendant le match.

Il y a eu des moments où la capacité de Pospisil à gagner des demi-volées et des rallyes de volée réguliers a donné au jeu de base de Kokkinakis un aspect résolument unidimensionnel. Mais donnez le crédit à l'Aussie de 6 pieds 4 pouces – il a tenu bon lorsque Pospisil a fait des retours inspirés tard dans les deux sets et il a servi gros – 12 as à six pour Pospisil ainsi que ces chiffres impressionnants – 65% de premiers services effectués et 82 % gagnés, plus 58 % de deuxièmes services gagnés. Par comparaison Pospisil était de 54, 64 et 52.

Le joueur de 31 ans de Vancouver n'est pas en double, il aura peut-être le temps de réparer sa tension quadratique avant sa prochaine épreuve.

Quant aux Kokkinakis, classés n ° 97, il a eu une histoire de blessures maudites – remontant presque à la défaite de la finale de l'Open d'Australie chez les garçons juniors contre son ami proche Nick Kyrgios en 2013. Il est maintenant dans son premier Indian Tableau principal de Wells depuis 2015, l'année où il a atteint son meilleur classement en carrière de n ° 69.

Après le match de mercredi, Kokkinakis était ravi d'avoir réussi contre Pospisil, disant ensuite à la foule enthousiaste du Stadium 3 : « Merci beaucoup d'être venu. C'est la qualification mais aujourd'hui, ça ressemblait à une demi-finale.

Il portait un short cachemire et a fourni un moment de micro vers la fin de l'interview lorsqu'il a été interrogé sur ses goûts en matière de mode. Souriant, il a déclaré: "Ce qui est bien avec le fait d'avoir été abandonné par Nike il y a cinq ans, c'est que vous pouvez choisir ce que vous voulez porter maintenant."

AUTOUR DU TERRAIN

Le BNP Paribas Open maîtrise parfaitement le marketing de son événement, de la promotion du nom Indian Wells Tennis Garden pour le site du tournoi à tous ses produits de marque signature en vente pour les visiteurs.

Il est remarquable de constater à quel point la tente est immense et abrite le principal espace commercial sur place. Voir ci-dessous.

Il existe presque tous les types d'articles liés au tennis imaginables à l'achat - y compris une variété de couvre-chefs - quelque chose qui est toujours utile avec le soleil qui se couche sans relâche dans la grande région de Palm Springs.

Jelena sait émouvoir: Jelena Ostapenko, la championne surprise de Roland Garros 2017, est maintenant de retour sur son tennis explosif et a retrouvé son classement à la 12e place après avoir été dans la quarantaine il y a à peine deux ans.

L'une des joueuses les plus expressives du circuit féminin, elle devrait diriger l'équipe lettone qui affrontera le Canada lors de la Coupe Billie Jean King le mois prochain à Vancouver.

Daniil est tondu: Daniil Medvedev est le nouveau n°1 mondial mais entre la victoire très médiatisée de Rafael Nadal à l'Open d'Australie en janvier, et Novak Djokovic qui prend beaucoup d'oxygène avec sa polémique sur la participation à l'Open d'Australie - ainsi que son jeu vis-à-vis si il était dans ou hors du tirage au sort du BNP Paribas Open – le Moscou de 26 ans a été relégué à un rôle secondaire. Entre-temps, il s'est fait couper les cheveux – en contrôlant mieux ses mèches parfois éparses avec une coupe beaucoup plus courte.

QU'EST-CE QUI EST EN AVANT ? Les Canadiens devront attendre quelques jours de plus pour voir leurs trois compatriotes – Leylah Fernandez, Félix Auger-Aliassime et Denis Shapovalov – en action : tous les trois sont têtes de série et ont donc des laissez-passer au premier tour. Fernandez et Shapovalov feront leurs débuts samedi tandis qu'Auger-Aliassime ne débutera son tournoi que dimanche.





Cliquez ici pour voir l'article original

Inscription Gratuite

A lire aussi :