Rencontre Tennis

Tebbutt : les Suédois ont des victoires fraternelles

Tebbutt : les Suédois ont des victoires fraternelles


Mikael Ymer et Elias Ymer sont de bons joueurs de tennis, mais, surtout après leurs victoires en simple contre le Canada jeudi, cela ne vous dérangera peut-être pas de les voir en athlétisme courir le 100 mètres.

Les frères sont similaires dans leurs styles de jeu et le plus remarquable est peut-être leur capacité à défendre du côté du revers à deux mains. Leur vitesse et leur équilibre leur donnent une capacité à atteindre les coups et à les renvoyer de manière agressive, ce qui est rare sur le circuit.

Mais essentiellement dans le Pavilion Madrid Arena contre leurs adversaires canadiens, ils ont tout bien fait lors de leurs victoires en simple lors de la première journée de la finale de la Coupe Davis contre Équipe Canada présentée par Sobeys. Elias a battu Steven Diez 6-4, 6-2 et Mikael a enchaîné avec une solide performance de 6-4, 6-4 contre Vasek Pospisil.

Lors du troisième match de la journée, le duo suédois de double composé d'Andre Goransson et de Robert Lindstedt a devancé le duo canadien de Pospisil et Brayden Schnur 7-6(5), 6-4 pour porter le score à 3-0 pour l'équipe du capitaine Robin Soderling. .

Photo : Martin Sidorjak

Les simples d'ouverture n'auraient pas pu mieux commencer pour Diez, 30 ans, qui ne disputait que son deuxième match de Coupe Davis en direct pour le Canada (2010 en Colombie). Il menait 4-1 dans le premier set et a fait trembler Elias Ymer, 25 ans.

Mais ensuite, après avoir maintenu le service à 2-4, Ymer a joué deux points sensationnels pour revenir à 3-4 – le premier, il a filé à sa droite et a lancé un formidable coup droit croisé gagnant du tir croisé, puis deux points plus tard, a remporté un ra-ta-tat échange de volée au filet avec Diez.

Revenant à 3-4, Ymer a gagné en confiance et a utilisé son puissant jeu de base et sa rapidité, ce qui était parfois incroyable, pour remporter 11 des 13 derniers matchs.

Grâce à Diez, il se balançait de la hanche et mettait tout ce qu'il pouvait dans ses coups de sol dès le début. Cela lui a donné la tête. Mais une fois qu'Ymer a trouvé son rythme, il a toujours une longueur d'avance. Le Suédois, classé 171e, a terminé le match d'une heure et 27 minutes avec un ratio vainqueurs/erreurs directes de 18/10 tandis que Diez, 264e, était de 7/5.

Photo : Martin Sidorjak

"J'étais en baisse 4-1 et je pense que Steven, il m'a un peu choqué et ensuite j'ai commencé à être plus agressif", a déclaré Ymer. "J'ai senti mon coup droit évoluer pendant le match et je pense que c'était la clé."

Le capitaine canadien Frank Dancevic a résumé : « Elias a très bien joué, était très agressif. Steven s'est battu jusqu'à la fin mais l'autre gars avait un peu trop de puissance de feu.

Photo : Martin Sidorjak

Comme ce fut le cas lors du match d'ouverture, les débuts de Pospisil – Mikael Ymer se sont révélés révélateurs. Servant au début du match, Pospisil a survécu à six égalités et a finalement réussi à servir dans un match de 11 minutes. Mais deux matchs plus tard, Ymer est passé à 15, terminant avec un coup droit gagnant à contre-pied.

Cela s'est avéré être la différence dans le set alors que le Suédois de 23 ans a tenu le service pour le reste du parcours pour conclure en 45 minutes.

Le deuxième set était plus compétitif et a tourné lorsque Pospisil a eu son seul point de rupture du match menant 3-2. Ymer a frappé un bon service et Pospisil a raté son coup droit.

Un match plus tard, comme cela arrive souvent au tennis après avoir raté une occasion de pause, Ymer a cassé le service pour mener 4-3. Il n'a perdu que deux points lors de ses deux derniers matchs de service pour sceller la victoire en une heure et 29 minutes.

La statistique des points de rupture en dit long sur la proximité du match - Ymer était 2/2 et Pospisil 0/1.

La supériorité d'Ymer au service – il a remporté 70 pour cent des points au deuxième service contre seulement 48 pour cent pour Pospisil – a été un facteur majeur.

Photo : Martin Sidorjak

« Contre quelqu'un comme Vasek », a déclaré Ymer à propos de son service solide qui comprenait également la victoire de 80 pour cent des points de premier service à 69 pour cent pour Pospisil, « il est tellement bon dans son attaque. Cela ne me donne pas beaucoup d'autres options – surtout avec ma boîte à outils – que d'essayer de contrer. Je pense que le service a aidé aujourd'hui à ne pas lui donner trop de regards dans mes jeux de service. C'était la clé parce qu'il a commencé à être vraiment offensif lors de mon deuxième service.

Pospisil, qui a dû prendre sa retraite avec un problème de dos derrière Denis Shapovalov 0-3 au deuxième tour d'Indian Wells le mois dernier, n'avait joué que deux matches depuis lors – s'inclinant face aux Américains Christopher Eubanks (n°178) et Emilio Nava (n°178). 349) dans les événements Challenger à Knoxville et Charlottesville plus tôt ce mois-ci. On lui a demandé s'il était arrivé en Coupe Davis un peu sous-préparé.

"Je ne dirais pas que je n'étais pas préparé", a-t-il répondu. « Je pense qu'aujourd'hui je n'ai pas mal joué – mon adversaire a bien joué et je n'ai pas joué aussi bien que j'aurais pu. N'importe quel jour, vous pouvez jouer à la hauteur de vos standards ou au-dessus ou un peu en dessous. Aujourd'hui, j'ai joué contre un gars qui jouait très bien et je n'ai tout simplement pas exécuté comme je le voudrais. Mais je me sentais bien là-bas.

Pospisil est sorti en bonne forme pour le double et lui et Schnur étaient compétitifs contre un inspiré Lindstedt, 44 ans et lors de la dernière apparition professionnelle de sa carrière, et Goransson, 27 ans.

Photo : Martin Sidorjak

Le match a commencé un peu en lambeaux avec des interruptions de service dans quatre des cinq premiers matchs avant que Pospisil ne tienne pour porter le score à 3-3. Le set est ensuite allé à un bris d'égalité et, en plus de servir, de frapper du sol et de volée, une double faute critique de Schnur a donné aux Suédois une avance de 4-2 qu'ils n'abandonneraient pas.

Le jeu dans le deuxième set était des doubles plus conventionnels, les deux duos ayant servi à 4-tous. Puis, avec Pospisil servant à égalité, Lindstedt a frappé un retour de service du revers raté qui lui a sauté dessus et a atterri juste à l'intérieur de la ligne de touche. C'était exactement ce genre de journée pour les joueurs canadiens et un point plus tard, les Suédois ont pris les devants 5-4.

Dans le dernier match, Pospisil et Schnur ont survécu à deux balles de match et ont même eu une balle de break, mais Goransson l'a sauvé avec un braconnage opportun. Deux points plus tard, Lindstedt a réussi un as pour sceller la victoire.

Photo : Martin Sidorjak

"Ce sont quelques points qui ont fait la différence en double", a déclaré Dancevic dans une interview à Sportsnet. « Vasek a frappé quelques rayons laser qui ont juste attrapé la bande tout au long du match. Et j'ai l'impression que ces quatre ou cinq balles auraient pu faire une grande différence dans le match.

Interrogé sur la décision de jouer contre Diez dans les simples d'ouverture, Dancevic a déclaré: «Il joue un tennis de très haute qualité et il avait l'air vraiment bien avant. De plus, Brayden ne se sentait pas bien deux jours auparavant. C'était un peu de tout et le gars jouait bien. Je pensais qu'il méritait de jouer le premier match.

Le Canada affronte maintenant le Kazakhstan dimanche dans son deuxième et dernier match du groupe B. La défaite 3-0 contre la Suède – et sans aucun set gagné – signifie que se qualifier soit en tant que vainqueur de groupe, soit en tant que l'un des deux meilleurs records parmi les six finalistes de groupe, sera un défi.

Photo : Martin Sidorjak

Pour l'avenir, Dancevic semblait impliquer qu'il pourrait y avoir un changement chez le joueur de simple n ° 2. "Brayden s'est adapté avec le match de double", a-t-il déclaré. "On dirait qu'il est en très bonne forme, alors nous verrons quels seront les affrontements avec le Kazakhstan."

Quant à la belle performance de Mikael Ymer contre Pospisil, les partisans canadiens se souviendront peut-être à quel point il est bon joueur lors de son match de deuxième tour contre Félix Auger-Aliassime à Wimbledon cette année. Il a joué un tennis impressionnant et le match était au service dans le troisième set lorsqu'il est tombé et s'est blessé à la jambe – Auger-Aliassime a ensuite gagné 6-4, 4-6, 7-6 (4), 6-1.

Après un match initial gratifiant de sa première finale de Coupe Davis, il a déclaré à propos de son frère aîné Elias – ils partagent une ascendance éthiopienne – « en ce qui concerne mon frère, je regardais dans les vestiaires et j'étais vraiment fier parce qu'il a joué de manière fantastique. Je suis vraiment content qu'il ait pu jouer comme ça aujourd'hui.

Photos vedettes : Martin Sidorjak





Cliquez ici pour voir l'article original

Inscription Gratuite

A lire aussi :