Rencontre Tennis

Tebbutt : Les femmes 2022 – la force du nombre

Tebbutt : Les femmes 2022 – la force du nombre


Le verre à moitié vide de Leylah Annie Fernandez et Bianca Andreescu est qu'elles ont glissé dans le classement depuis leurs meilleurs jours. Le sentiment étant qu'ils connaissent les défis souvent rencontrés par les joueurs qui montent en flèche vers le succès.

La perspective du verre à moitié plein est qu'ils sont toujours des joueurs doués prêts à se relever en 2023.

Lorsque l'US Open 2021 a commencé, Fernandez et la qualifiée Emma Raducanu de Grande-Bretagne étaient des inconnues relatives. Au moment où il s'est terminé, Fernandez avait eu 19 ans et était le finaliste. Raducanu, encore à deux mois de ses 19 anse anniversaire, a fini par être le champion surprise.

Au lendemain d'une quinzaine aussi capitale, la conjecture évidente était de savoir comment la paire s'en tirerait dans les mois et les années à venir.

Sur ce point, Fernandez a jusqu'à présent été la grande gagnante – son classement passant du n ° 24 fin 2021 au n ° 40 cette année, tandis que Raducanu a chuté du n ° 19 au n ° 80.

Les deux joueuses ont fait face à l'adversité physique en 2022 – Fernandez a subi une fracture de stress de grade trois sur le dessus de son pied droit qui l'a tenue hors de combat du début juin au début août à l'Omnium Banque Nationale présenté par Rogers à Toronto.

Raducanu a subi une série de blessures qui ont signifié qu'elle a eu une année discontinue qui s'est terminée avec un record de match de 17-19. Fernandez avait une fiche de 21-15.

Photo : Martin Sidorjak

C'était un signe de mauvais augure pour Fernandez lorsqu'elle a perdu 6-4, 6-2 au premier tour de l'Open d'Australie contre Maddison Inglis, un joker australien non annoncé. Mais au moins, cela lui donne maintenant une occasion en or d'améliorer ce résultat le mois prochain à Melbourne Park.

Après l'Australie, Fernandez s'est remise sur les rails au Monterrey, Mexique, WTA 250 en février – défendant son titre avec une victoire de 6-7(6), 6-4, 7-6(3) contre la Colombienne Camila Osorio en finale.

À partir de là, elle a obtenu des résultats décevants dans des événements tels que Miami (Karolina Muchova) et Charleston (Magda Linette) avant de jouer à nouveau comme elle-même pour atteindre les quarts de finale de Roland-Garros avec des victoires sur Belinda Bencic, classée n ° 14, et n ° 28. Amanda Anisimova avant que cette blessure au pied ne se produise au début de son prochain match contre l'Italienne n ° 59 Martina Trevisan. Bien qu'il ait grimacé de douleur à quelques reprises, l'hyper motivé Fernandez s'est battu mais a perdu non seulement le match 6-2, 6-7 (3), 6-3, mais finalement toute la saison sur gazon et un été dur. -tournois sur le terrain jusqu'à Toronto à cause de la blessure.

Beatriz Haddad Maia a battu Fernandez au deuxième tour à l'Omnium Banque Nationale et pour le reste de l'été, elle a affronté des Russes coriaces – perdant face à Ekaterina Alexandrova à Cincinnati, Liudmila Samsonova à l'US Open et Daria Kasatkina à San Diego. Il y a également eu deux défaites contre Bencic – 7-5, 6-7 (10), 6-3 à la WTA 1000 à Guadalajara en octobre – puis 6-0, 7-5 à la Billie Jean King Cup by Gainbridge Finals en Glasgow lorsque le Suisse de 25 ans était le leader de ce qui semblait être l'équipe du destin en mission réussie pour remporter le titre après avoir terminé deuxième en 2021.

Mais il y a eu un excellent exemple final de Fernandez à son meilleur lors du match d'ouverture du Canada à Glasgow. Elle s'est vengée de cette fatale défaite en quart de finale de Roland-Garros contre Trévise, démolissant la n ° 28 mondiale en 44 minutes – gagnant 6-0, 6-0.

Même si 2022 a connu des revers, Fernandez n'a jamais semblé perdre son féroce esprit de compétition, de bon augure pour un rebond l'année prochaine.

Photo : Martin Sidorjak

Ce sont des moments intéressants pour Bianca Andreescu depuis 2019 et son remarquable triomphe à l'US Open. Des problèmes de genou et de pied ont fait de 2000 une annulation totale, puis lors de son retour en 2021, elle a fait face à des blessures et à un épisode printanier de COVID-19 en Europe qui l'a retardée mentalement et physiquement.

C'est en partie pour cette raison qu'elle a suspendu son début jusqu'en 2022, une partie de ce temps étant consacrée à une pause bien-être au Costa Rica pour "réinitialiser, récupérer et grandir".

Elle était absente de la tournée d'octobre 2021 à la mi-avril 2022, lors de l'événement sur terre battue en salle à Stuttgart.

Lors d'un record de 20-13 pour la saison, elle a souvent joué un tennis digne de son pedigree - battant des joueurs tels que Halep, Kasatkina (deux fois), Haddad Maia, Samsonova, Cornet, Collins et Kvitova - mais trop souvent sans maintenir le top- cohérence de niveau nécessaire pour aller plus loin dans les tirages.

Elle n'a subi qu'une seule défaite au premier tour toute l'année et a atteint une finale - à Bad Homberg, en Allemagne, s'inclinant contre Caroline Garcia sur gazon en juin.

Dans les trois tournois du Grand Chelem auxquels elle a participé, elle a perdu à chaque fois contre un adversaire de qualité – à Roland-Garros contre Bencic au deuxième tour, contre l'éventuelle championne Elena Rybakina au deuxième tour à Wimbledon et contre le joueur le plus en forme, Garcia. , au troisième tour de l'US Open.

Son classement final de n ° 46 après une saison 2021 abrégée a été suivi du n ° 46 et d'une autre saison abrégée en 2022.

L'une des clés de son jeu en 2022 était son entraîneur de fitness, Abdul Sillah, qui l'a aidée à rester en bonne santé et à éviter les blessures. Il était également une pom-pom girl enthousiaste au bord du terrain lors de ses matchs. Mais quand il a décidé d'essayer d'avoir un arrangement par lequel il travaillerait avec Andreescu, ainsi qu'avec son ancienne cliente Naomi Osaka, cela a finalement conduit à la fin de leur relation.

Lorsque Andreescu, 22 ans, s'est séparé de l'entraîneur Sven Groeneveld après la saison, cela a créé une opportunité pour un nouveau départ en 2023, qui devrait être intrigant à suivre.

Photo : Martin Sidorjak

L'histoire de bien-être du tennis féminin canadien de 2022 a été le retour de Rebecca Marino dans le Top 100 pour la première fois en 10 ans.

Marino, qui a eu 32 ans le 16 décembre, a compilé un dossier de 49-24 à tous les niveaux et a payé sa cotisation en parcourant le monde, jouant dans 25 événements depuis l'Australie pour commencer l'année jusqu'à la WTA 125 à Tampico et Billie Jean King Cup à Glasgow pour le terminer au Mexique et en Écosse – avec des arrêts en cours de route en Inde et en Corée du Sud.

Elle s'est qualifiée pour l'Open d'Australie et l'Open de France, mais a perdu au premier tour des trois premiers tournois du Grand Chelem. Cela a changé à l'US Open où elle a remporté un tour du tableau principal pour la première fois depuis 2010 – en battant la Polonaise n ° 103 Magdalena Frech – puis la qualifiée ukrainienne n ° 124 Daria Segur, qui avait bouleversé 7e– tête de série Simona Halep au tour précédent. Marino a perdu 6-2, 6-4 au troisième tour contre le n ° 36 Zhang Shuai de Chine.

Elle a remporté un événement ITF de 60 000 $ à Arcadia, en Californie, en mars et a atteint la finale d'un autre événement ITF de 60 000 $ à Irapuato, au Mexique, la semaine suivante.

Un point bas de l'année, en particulier avec son match amical sur gazon, a été une défaite au premier tour à Wimbledon contre la qualifiée Katarzyna Kawa. Le Polonais de 29 ans est principalement un joueur de double qui était n°132 en simple.

Par classement, la meilleure victoire de Marino a été 6-2, 6-3 contre la 40e Fernandez au troisième tour de sa dernière tournée de la saison, la WTA 125 à Tampico. Marino a connu une grande partie de son succès en 2022 après avoir établi un accord d'entraînement avec l'ancien joueur mexicain Bruno Echagarry, et son classement WTA n ° 64 de fin d'année, contre 144 en 2021, était une récompense pour une année de travail acharné. slogging.

Photo : Martin Sidorjak

Après plus d'une décennie avec un classement WTA - une partie importante de ce temps passé à l'Université de Stanford où elle a été finaliste en simple de la NCAA en 2015 - Carol Zhao a terminé pour la deuxième fois de sa carrière dans le Top 200 au n ° 190 en une année heureusement raisonnablement sans blessure. C'est en hausse par rapport au n ° 283 au début de 2022.

Zhao, 27 ans, a disputé 26 événements (29-24) cette année, son point culminant étant un titre au tournoi ITF de 100 000 $ à Charleston, SC, en juin, trois semaines après avoir remporté le tournoi ITF de 25 000 $ à Incheon, en Corée. Elle a été membre de l'équipe canadienne de la Coupe Billie Jean King pour des rencontres à Vancouver et à Glasgow.

Photo: Sarah-Jade Champagne

Katherine Sebov a élevé son classement du n ° 344 au n ° 223 en 2022. La Torontoise de 23 ans a atteint la finale de l'événement ITF de 60 000 $ à Saguenay, au Québec, en octobre – perdant 3-6, 6-4, 6 -3 au n° 308 Karman Kaur Thandi de l'Inde. Elle a terminé sa saison en se qualifiant et en se qualifiant pour les quarts de finale du tournoi WTA 125 à Midland, Michigan. Plus tôt dans l'année, elle a atteint quatre demi-finales de tournois ITF - une à Nottingham, en Angleterre, en avril, deux à Madrid en juin et une à Columbus, Ohio, en juillet.

Génie Bouchard, une figure parfois oubliée de la scène du tennis féminin canadien, a été opérée d'une déchirure du sous-scapulaire à l'épaule droite en juin 2021. Elle est revenue à l'action pour la première fois depuis mars 2021, à l'Odlum Brown VanOpen en août. En 15 matchs au total (6-9) en 2022, elle est passée d'aucun classement à son actuelle n°327. Sa plus belle heure a été au WTA 500 à Ostrava, en République tchèque, en octobre. Là, elle a battu la n ° 100 Océane Dodin et la n ° 87 Dalma Galfi lors des qualifications avant une solide performance dans une défaite 6-7 (7), 6-1, 6-4 contre la n ° 14 Bencic.

Bouchard, Zhao et Sebov prévoient tous de disputer les qualifications de l'Open d'Australie 2023.

Photo : Martin Sidorjak

Gabriela Dabrowski a connu une autre année exceptionnelle en double. Cela n'a pas bien commencé car elle et sa partenaire mexicaine Giuliana Olmos sont allées 1-5 au début de la saison, mais les choses ont changé lorsqu'elles ont atteint les demi-finales à Indian Wells en mars – puis se sont réchauffées pendant la saison sur terre battue. Ils ont remporté le WTA 1000 à Madrid et ont enchaîné avec une deuxième place au WTA 1000 de Rome.

Leur meilleur résultat d'une année décevante en Grand Chelem a été un quart de finale à l'US Open. Mais les choses se sont accélérées pour Dabrowski en septembre lorsqu'elle a remporté l'événement WTA 250 à Chennai, en Inde, avec Luisa Stefani du Brésil (le seul tournoi de l'année sans Olmos), puis le WTA 500 à Tokyo avec Olmos.

Elle et Olmos se sont qualifiés pour la finale WTA à Fort Worth, au Texas, mais ont été éliminés lors de la phase de tournoi à la ronde après avoir enregistré une seule victoire - 7-6 (5), 2-6, [12-10] devant la Lettone Jelena Ostapenko et l'Ukrainienne Lyudmyla Kichenok.

Dabrowski a terminé 2022 au 7e rang et a eu un beau record de matchs (deux fois plus de victoires que de défaites) 42-21, gagnant 588 575 $ US en prix.

Photo : Martin Sidorjak

Il y a une génération prometteuse de jeunes filles canadiennes qui émergent, dirigées par Victoria Mboko et Kayla Cross, toutes deux de Toronto.

Mboko se classe n ° 6 au classement ITF Junior et a atteint les demi-finales de Wimbledon et des épreuves juniors de l'US Open. En février, elle a remporté cinq matchs sans perdre un set pour remporter le tournoi ITF Grade 1 à Porto Alegre, au Brésil. Joueuse puissante, elle a fait sa grande percée en juillet lorsqu'elle a remporté le tournoi ITF 25 000 $ à Saskatoon, battant ses quatre derniers adversaires de manière convaincante en deux sets - à seulement 15 ans. Elle a eu 16 ans le 26 août et est déjà n ° 487 de la WTA. classements.

Photo : Martin Sidorjak

Cross est un gaucher courageux qui s'est qualifié pour le troisième tour des événements juniors de Wimbledon et de l'US Open. Son classement junior ITF est n ° 22.

Également joueuse de double talentueuse, elle a remporté l'événement ITF de Saskatoon à 25 000 $ en juillet avec sa compatriote Marina Stakusic et a été finaliste avec Stakusic à l'ITF de 60 000 $ à Calgary en novembre.

Chez les juniors, elle et Mboko ont remporté des titres à Traralgon, en Australie, en janvier, à Porto Allegre, au Brésil, en février et à Roehampon, en Angleterre, en juillet et ont été finalistes des épreuves juniors de l'Open d'Australie et de Wimbledon. Le classement WTA de la joueuse de 17 ans est n° 715 en simple et n° 465 en double.

Photo vedette : Martin Sidorjak





Cliquez ici pour voir l'article original

Inscription Gratuite

A lire aussi :