Rencontre Tennis

Tebbutt : Félix chevauche son service vers la victoire

Tebbutt : Félix chevauche son service vers la victoire


Cela a pris du temps – surtout après un barrage de frappes frénétiques de Marin Cilic dans le premier set – mais Félix Auger-Aliassime est parvenu à atteindre les quarts de finale de l'Open d'Australie lundi avec un 2-6, 7-6 (7), Victoire 6-2, 7-6(4) sur le vétéran croate.

Cilic, qui a marqué son match contre la cinquième tête de série Andrey Rublev au troisième tour samedi, a transféré cette forme à la John Cain Arena contre Auger-Aliassime – battant 14 vainqueurs contre quatre pour son adversaire dans le premier set de 35 minutes.

Après l'avoir remporté, la fonction douteuse de «prédicteur de victoire» sur les graphiques de la télévision est passée de la projection d'Auger-Aliassime à 56-44 pour gagner à favoriser Cilic 72-28.

Cela semblait extrême et une sous-estimation de la capacité d'Auger-Aliassime à commencer à mordre dans le match. Aussi pour ne pas tenir compte de la possibilité que Cilic se refroidisse ou se "dézone" (dézoner en français) comme l'a dit un fan de tennis à Montréal en 2007 lorsque Frank Dancevic est revenu sur terre contre Rafael Nadal après avoir été "dans la zone" pour le premier set d'un match qui s'est soldé par 4-6, 6-2, 6 -4 pour le redoutable Espagnol.

Effectivement, des fautes directes se sont progressivement glissées dans le jeu de Cilic mais il s'est accroché au deuxième set et a eu une balle de set menant 6-5 dans le jeu décisif qu'Auger-Aliassime a effacé avec un as de 204 km/h, l'un de ses 22 du jour. . Mais c'est Auger-Aliassime qui a créé la plupart des occasions – détenant une balle de break menant 3-2 dans le deuxième set et trois autres balles de break/set devant 5-4. Il a finalement converti sa cinquième balle de set à 8-7 dans le jeu décisif lorsque Cilic s'est trompé dans le filet avec un retour de service en revers.

Auger-Aliassime avait résisté à l'assaut de Cilic et l'ambiance du match a dévié sur son chemin dans le troisième et dans le quatrième set. C'est alors que Cilic a retrouvé un second souffle mais c'était trop peu trop tard.

Photo : Martin Sidorjak

Un signe clair de la domination d'Auger-Aliassime au service était qu'il n'a pas fait face à un point de rupture au cours des trois derniers sets alors que Cilic devait en gérer 13.

Au cours de ces sets, Auger-Aliassime a remporté 88% des points de premier service et 63% des points de deuxième service contre 86% au premier service et 41% au deuxième service pour Cilic.

Photo : Martin Sidorjak

"J'ai joué un premier set incroyable, puis un deuxième set, je crois que j'ai eu deux ou trois matchs à love-30 – quelques petites occasions", a déclaré Cilic après le match. "Je n'ai rien fait de mal dans ces situations, il a simplement très bien servi sur ces points critiques et dans l'ensemble, sa performance au service était fantastique.".

Le service d'Auger-Aliassime a été la clé de ses quatre victoires jusqu'à présent, en particulier sa capacité à décrocher des as et des services gagnants à des moments cruciaux.

"Il frappait si proprement au début du match", a déclaré Auger-Aliassime à propos de Cilic. "J'ai joué un mauvais match à 4-2 mais le reste du (premier) set, il jouait mieux que moi. Je servais un peu mal dans le premier set et je savais que je devais juste rester calme, rester calme en sachant que si je commence à mieux servir, je vais me donner des chances dans le second. J'ai senti que je pouvais dicter davantage et faire ce que je voulais sur le terrain à partir du troisième, puis à nouveau au quatrième set.

Le match a duré trois heures et 35 minutes dans une chaleur qui a culminé à plus de 30 degrés Celsius mais Auger-Aliassime en est sorti remarquablement frais. "Je me sens bien", a-t-il déclaré. "Il faisait assez chaud au début - ici en Australie, ça vous frappe assez fort. Mais avec l'ombre à la fin, tout allait bien. Il est encore tôt dans la journée. Je vais avoir le temps de récupérer avant de rejouer mercredi, donc c'est le scénario parfait.

De l'autre côté du filet pour son quart de finale, Daniil Medvedev sera la deuxième tête de série et favorite pour remporter son deuxième titre du Grand Chelem consécutif (après l'US Open en septembre dernier). Les deux joueurs se sont rencontrés à trois reprises avec le Russe de 25 ans sortant victorieux à chaque fois – 6-4, 6-0 à la Coupe ATP il y a deux semaines à Sydney, 6-4, 7-5, 6-2 en les demi-finales de l'US Open 2021 et 3-6, 6-4, 7-6 (7) lors d'un match de fin de soirée pour connaisseurs à Toronto en 2018 alors qu'Auger-Aliassime était encore un chiot (il vient d'avoir 18 ans) et Medvedev, 22 ans et une relative inconnue.

"C'est une bonne occasion de me tester, de voir ce que je peux prouver", a déclaré Auger-Aliassime à propos du jeu du Russe grêle de 6 pieds 6 pouces. « Je peux essayer de mélanger les choses autant que je veux. La réalité est qu'il est presque le meilleur joueur du monde maintenant. Je dois jouer un grand match. Je dois être capable de fournir un gros effort à la fois mental et physique pour passer au travers.

Photo : Martin Sidorjak

C'est à Denis Shapovalov, 22 ans, contre Nadal, 35 ans, mardi, et Auger-Aliassime, 21 ans, affrontant Medvedev, 25 ans, mercredi, pour avoir la chance d'avoir deux Canadiens ensemble en demi-finale d'un Événement du Grand Chelem pour une première historique.

Le succès d'Auger-Aliassime - les quarts de finale ou mieux à ses trois derniers tournois du Grand Chelem - est le produit final d'un voyage qui a commencé sérieusement à 13 ans en tant qu'espoir ultra-talentueux au Centre national de tennis présenté par Rogers à Montréal. Lorsqu'un journaliste européen lui a récemment demandé s'il y avait eu une sorte de déclic ou un moment décisif dans son jeu ces derniers temps qui explique le succès qui l'a vu se hisser au 9e rang du classement ATP Tour, il a longuement -forme de réponse qui a placé son amélioration dans un contexte plus large. "Pour être honnête, mon évolution est depuis que j'ai 14 ou 15 ans", a déclaré Auger-Aliassime. "J'ai été très précoce, parmi les mecs les plus précoces de ma génération et de toutes les générations. Il y a eu des bas, des mois difficiles mais j'ai toujours essayé de travailler dur pour m'améliorer. L'année dernière et en 2020, quoi qu'il arrive, j'ai travaillé dur pour devenir un meilleur joueur. Cela m'a permis d'être dans le top 10 aujourd'hui. Je sens que je mérite d'être là où je suis. Ce n'est pas une surprise avec l'évolution que j'ai eue et le travail que j'ai fait. Donc je ne pense pas qu'une percée ou quelque chose ait cliqué il y a six mois ou n'importe quand. C'est juste une évolution normale avec ce que je fais depuis que j'ai 14 ou 15 ans.

Bien que cette évolution puisse ou non lui permettre de remporter une victoire sur Medvedev, classé n ° 2 mercredi – il a une fiche de 1 à 9 contre les cinq meilleurs joueurs au cours de sa carrière – c'est un jeune homme avec une vieille âme et un destin de tennis. cela devrait être fascinant à suivre à court, et sûrement aussi à long terme.

Il y aura un écart d'âge de 13 ans lorsque Shapovalov, 22 ans, affrontera Nadal, 35 ans, lors des quarts de finale de l'Open d'Australie mardi à la Rod Laver Arena, pas avant 14 h (22 h HE lundi au Canada). La seule apparition précédente de Shapovalov dans le stade principal de l'Open d'Australie remonte à 2019 contre Novak Djokovic dans une défaite 6-3, 6-3, 4-6, 6-0 au troisième tour.

Le résultat du match de mardi pourrait-il signaler un changement de génération si Shapovalov peut battre un Nadal hyper motivé pour la victoire lors du seul tournoi du Grand Chelem qu'il n'a pas remporté deux fois ?

Le n ° 5 mondial mène leur tête-à-tête 3-1, mais Shapovalov a probablement remporté leur rencontre la plus mémorable – une soirée de sortie 3-6, 6-4, 7-6 (4) en 2017 à Montréal alors qu'il était 18 ans.

"(C'était) un match difficile, celui-là, je m'en souviens parce que je jouais pour le n ° 1 (au classement en essayant de remplacer Andy Murray)", se souvient Nadal avec un sourire après avoir battu Adrian Mannarino dimanche. "Honnêtement, il était très jeune et il jouait avec une intensité incroyable et créait des coups incroyables. Après le match, j'ai dit qu'il serait un vainqueur potentiel de plusieurs tournois du Grand Chelem. Et je pense toujours que s'il est capable de continuer à s'améliorer, il sera un vainqueur de plusieurs Grands Chelems, non ?

"Ça va être dur pour moi. Mais je suis en quart de finale, à quoi s'attendre non ? C'est un match pour faire de mon mieux, pour jouer à mon plus haut niveau si je veux avoir des chances de passer. Et, oui, je suis excité à ce sujet, honnêtement, non ? » Oui – et une bonne chose car il semble qu'il jouera un Shapovalov près ou au sommet de sa forme.

Photo : Martin Sidorjak

Photo vedette : Martin Sidorjak





Cliquez ici pour voir l'article original

Inscription Gratuite

A lire aussi :