Rencontre Tennis

Rivard : Record d’affluence au NBO 2022

Rivard : Record d’affluence au NBO 2022


Le but d'un titre est normalement double : il reflète l'essence du texte et, si possible, en fournit un résumé. De même, il doit éveiller l'intérêt et la curiosité du lecteur.

Je pense que le titre ci-dessus remplit plutôt bien ces objectifs.

L'Omnium Banque Nationale 2022 a été un renouveau et un retour à la normale après l'annulation de l'édition 2020 et le tournoi pandémique qui a suivi.

NOUVEL ENREGISTREMENT

Le record de fréquentation, qui illustre parfaitement ce nouveau départ réussi, totalise 237 158 détenteurs de billets sur 10 jours. C'est 12 000 de plus que le précédent record de 2019. Mission accomplie aurait fait un autre beau titre pour ce blog.

Inutile de dire que le directeur du tournoi NBO, Eugène Lapierre, était de bonne humeur lors de la conférence de presse de clôture.

Avant le presseur, il avait rencontré le superviseur de l'ATP, Cédric Mourier, qui était "très élogieux".

AUBAINE

Le succès est aussi financier.

Le tournoi de 2020 a été annulé et Tennis Canada n'a atteint le seuil de rentabilité qu'en 2021, donc le succès est un boom pour la mission de la fédération. « Nous sommes une organisation à but non lucratif, contrairement à Miami ou Indian Wells ou Monte Carlo. Notre souci est de donner le plus d'argent possible au développement du jeu », a expliqué Lapierre.

PARITÉ

Chaque tournoi veut que ses huit têtes de série jouent en quarts de finale, mais c'est un événement rare. Montréal a perdu ses numéros. 1, 2, 3 et 5 lors de leurs matchs d'ouverture, et les 7e et 10e têtes de série au tour suivant. Mais Eugène Lapierre est lucide et ne parle pas tant de déception que de parité et de possibilités. Hurkacz, Carreno Busta, Ruud, Evans, Draper et Paul ont été des révélations pour beaucoup, et ils ont mené l'action.

Photo : Twitter

Interrogé sur les graines qui se sont dispersées, Lapierre a déclaré: "Mon opinion est que les joueurs qui gagnent leur match méritent d'avancer, et ils créent le spectacle." En effet, il y a eu d'excellentes batailles dans les deux stades.

LES MOMENTS PRÉFÉRÉS DU DIRECTEUR DU TOURNOI

Photo: Monde de tennis

Sans hésitation, Eugène Lapierre mentionne Félix Auger-Aliassime comme l'un de ses coups de coeur de la semaine. Il croit que le Québécois a relevé le défi malgré la pression de plaire à tout le monde à la maison. Il a disputé deux grands matchs et répondu aux attentes du public. Et le nôtre, bien sûr. "Il a incroyablement bien joué. J'étais content de voir ça. Les gens disaient qu'il devrait être en finale, alors il était sous pression », a déclaré Lapierre.

Et n'oublions pas le finaliste en simple et en double Hubert Hurkacz de Pologne.

« Je ne le connaissais pas beaucoup avant. Il semble être content de tout et il joue bien, mais il est très gentil. Quand il est venu, il a dit : 'Que puis-je faire pour le tournoi ? Dois-je rencontrer des gens ? Dois-je jouer avec les enfants ? Donc, c'était rafraîchissant de voir un athlète comme lui se rendre disponible. Et il est bon sur le terrain aussi.

MON MOMENT FÉLIX

Même s'il est devenu le premier Québécois à atteindre les quarts de finale masculins de le sien tournoi, l'Omnium canadien, ce qui m'a le plus touché s'est produit sur le court central alors que les gradins étaient… vides.

Pour célébrer son 22e anniversaire le 8 août dernier, il a reçu l'un des plus beaux cadeaux de sa jeune vie : une belle surprise planifiée et organisée par Valérie Tétreault, directrice des communications, et son équipe.

Photo : Twitter

Félix, lui-même pianiste de talent, a pu jouer avec la compositrice et pianiste internationale Alexandra Stréliski. Sur un piano installé près des sections 106 et 107 sur Center Court, ils ont joué ensemble une de ses chansons. Mais c'est la deuxième partie du cadeau qui lui a vraiment donné, ainsi qu'aux téléspectateurs, toutes les sensations.

Ces images valent mille mots et quelques larmes.





Cliquez ici pour voir l'article original