Rencontre Tennis

Rivard : L’art de la fête

Rivard : L’art de la fête


Certains restent stoïques, tandis que d'autres s'effondrent. Et d'autres deviennent encore totalement euphoriques.

Des blockbusters Slams aux plus humbles événements Challenger, on ne sait pas comment un joueur célébrera un grand coup ou un nouveau titre brillant.

La semaine dernière, Tennis TV s'est rendu sur Twitter pour découvrir quelles célébrations du tennis sont les plus emblématiques.

Il n'est pas surprenant que de nombreux followers aient mentionné le 21e de Rafael Nadal, mais il semble que notre mémoire collective soit assez sélective ou ait tendance à préférer le court terme.

J'ai adoré faire défiler les suggestions et j'ai même découvert quelques gains que je n'avais jamais vus, alors j'ai pensé partager certains de mes favoris pour votre plus grand plaisir.

Et le mien.

Daniil fait le poisson mort

La première place est l'une des victoires les plus étranges en Grand Chelem qui marque le tout premier tournoi majeur de Daniil Medvedev. On ne sait vraiment pas ce qui lui est passé par la tête lorsqu'il a écrasé Novak Djokovic dans la Grosse Pomme le 12 septembre, mais une chose est sûre : nous n'avions jamais vu quelqu'un gagner comme ça auparavant et nous ne l'oublierons jamais.

Novak et le goût de la victoire

Un peu moins farfelue que le poisson mort mais tout aussi originale et inattendue est cette fête mémorable. À Wimbledon 2019, après avoir déjoué Federer à l'issue d'un match épique à cinq sets, Djokovic a littéralement goûté à la victoire sur le court central.

Courier plonge dans l'AO

Jim Courier reçoit un clin d'œil pour la célébration la plus complexe. En 1992, après la première de ses deux victoires consécutives sur Stefan Edberg lors de la finale à Melbourne, Courier a soulevé le trophée du vainqueur, puis a entrepris un long jogging à l'extérieur du stade, à travers le parking couvert, au-delà de Melbourne Park, à travers Batman Avenue et à droite dans la rivière Yarra. C'était une déclaration spectaculaire que les caméramans et les agents de sécurité n'ont peut-être pas appréciés.

Pour mémoire, Courier a en fait sauté dans l'une des rivières les plus polluées au monde et a été malade pendant une semaine après la cascade. Pourtant, je suppose qu'un titre vaut un peu de souffrance.

Pat Cash lance une tendance

Voici un souffle du passé. Lorsqu'il a remporté Wimbledon en 1987, l'Australien Pat Cash a tenu à remercier personnellement sa famille. Il ne savait pas que son périple vers sa boîte allait lancer une tendance. Il est en fait le premier champion à monter dans les gradins, ce qui est devenu une pratique courante pratiquement partout.

Marat et la lune

Marat Safin a un talent fou. Et assez flashy. Lors de son match de deuxième tour contre l'Espagnol Félix Mantilla à Roland-Garros en 2004, il a célébré un superbe amorti en laissant tomber son pantalon.

Le grand moment de Bianca

Un seul titre du Grand Chelem en simple a été ramené au Canada. En 2019, en terrain hostile à l'US Open, face à une icône américaine qui se trouve être l'une des plus grandes joueuses de tous les temps avec plus de Grands Chelems que Rafa, Novak ou Roger, Bianca Andreescu est entrée dans l'histoire.

Elle n'a peut-être pas été la championne la plus bruyante, mais elle nous a fait traverser une gamme d'émotions, de l'étonnement à la satisfaction en passant par le soulagement. Inoubliable.

Le meilleur de Serena

Il va sans dire que la grande Serena Williams, intense, fougueuse et exubérante, figurerait sur la liste. Voici une compilation rapide de certains de ses 855 triomphes.

Vénus à son zénith

Venus Williams a remporté 49 titres en simple et a participé à 83 finales. Elle a remporté sept Grands Chelems et disputé dix finales. Mais en ce qui concerne ses célébrations sur le terrain, son succès à l'AO 2017 prend le gâteau.

Federer, interrompu

En janvier 2017, un an avant de remporter son dernier Chelem, Roger Federer a remporté son 18e à Melbourne. Avant qu'il ne puisse sauter de joie, son ami et rival Rafa Nadal - pour qui il restait peu d'espoir - a demandé la confirmation de Hawk-Eye.

Jimmy Connors électrique

En 1991, Connors avait 38 ans. Il n'a peut-être pas remporté le titre à New York cette année-là, mais il nous a quand même offert certaines des célébrations les plus mémorables de l'histoire de l'US Open. Contre Paul Haarhuis des Pays-Bas dans les quarts, le Brash Basher de Belleville a mis le feu au Stadium Court. Après avoir survécu à un long, long rallye, Connors a envoyé une onde de choc qui a été ressentie jusqu'au Canada.

Moment émouvant pour Andy Murray

Comment ne pas être ému par la réaction d'Andy Murray après avoir remporté Wimbledon en 2013 et être devenu le premier Britannique en 55 ans à remporter la couronne ? Les images valent mille mots et mille émotions.

De grandes victoires se produisent partout, pas seulement dans les tournois majeurs.

Voir par vous-même.

Moins est plus

Le 6 novembre 2018, l'Autrichien Jurij Radionov a grincé contre son rival de longue date Uladzimir Ignatik du Bélarus à l'issue d'un bris d'égalité serré au troisième set (8-6) au Challenger de Bratislava.

Quand il l'a fait, Jurij L'incroyable Hulk Radionov a fait sa meilleure impression de Cristiano Ronaldo pour une poignée de spectateurs, qui se moquaient probablement de lui.

Quant à Ignatik, il n'a même pas pris la peine de s'approcher pour serrer la main du vainqueur.

Dudi Sela reçoit un coup de pouce

Parfois, le perdant célèbre aussi. Ici, la palme de l'originalité revient à Dudi Sela (5'9"), qui s'est incliné face à Ivo Karlovic (6'11") au deuxième tour du Claro Open Colombia en juillet 2014. Avant de se diriger vers le filet, il s'est arrêté pour prenez une chaise pour faire un câlin au gagnant.

Le choix du blogueur

Denis Shapovalov surprend le monde

Si vous vous demandez quelle célébration je citerais parmi les plus emblématiques, ce serait la fois où un héros canadien a gagné à la maison et a surpris le monde entier.

En cette nuit fatidique d'août, au troisième tour de l'Omnium Banque Nationale 2017, ce n'est pas Rafa Nadal qui est tombé au sol, mais une étoile montante de 19 ans nommée Denis Shapovalov.

J'étais là, dans la cabine de diffusion, et je ne l'oublierai jamais.


E-mail: privé@tenniscanada.com

Twitter: @paul6rivard

Suivez tous nos Canadiens en action ici.





Cliquez ici pour voir l'article original