Rencontre Tennis

Rivard : l’âge d’or du tennis canadien

Rivard : l’âge d’or du tennis canadien


Alors que 2021 touche à sa fin et que nous commençons le compte à rebours jusqu'en 2022, les grands tournois de tennis du monde sont tous dits et faits et les joueurs sont en pause bien méritée avant que les choses ne recommencent fin décembre ou début janvier.

Au cours des dernières années, nous avons été témoins des incroyables ascensions de nos jeunes talents dans la WTA et l'ATP. Nous sommes sans aucun doute à l'âge d'or du tennis canadien. Avant les ajustements du système de classement cet automne, Bianca Andreescu et la jeune Leylah Fernandez se sont mêlées au Top 30 WTA. Si 2022 lui apporte santé et régularité, Andreescu, ancienne n°4 mondiale (octobre 2019), devrait la retrouver retour dans le Top 10. Fernandez la rejoindra-t-elle ? C'est une possibilité certaine.

Photo : camerawork usa

En tennis masculin, il y a deux Canadiens dans le Top 15. Félix Auger-Aliassime (No.11) et Denis Shapovalov (No.14) ont toutes les armes pour entrer dans le Top 10 si Félix peut maintenir sa lente montée et Denis peut rester sur la bonne voie pour renforcer son talent brut et son charisme.

Maintenant, imaginez si Fernandez et Andreescu avaient joué en Coupe Billie Jean King et Auger-Aliassime et Shapovalov en Coupe Davis cette année. Il y a tout lieu de penser qu'ils auraient donné à nos équipes canadiennes une chance de remporter un, sinon les deux, titres.

Après tout, nos jeunes canons sont venus cette fermer en 2019.

Doigts croisés!

Et ailleurs?

Voir ces minuscules drapeaux canadiens gravir les échelons du classement ATP la saison dernière m'a fait réaliser à quel point c'est un âge d'or pour le tennis masculin canadien.

Et quel âge d'or c'est aussi pour d'autres nations, comme la nôtre, pour lesquelles le succès sur la scène mondiale est relativement nouveau. Un Canadien dans le Top 10 n'était arrivé qu'une seule fois. Lorsque Milos Raonic a atteint la troisième place fin 2016, c'était un exploit incroyable. L'espoir que non pas un mais deux joueurs se lèveraient pour rejoindre les meilleurs des meilleurs quatre et cinq ans plus tard était l'étoffe des rêves. Eh bien, ces rêves se sont réalisés lorsque Shapovalov est devenu n ° 10 le 20 septembre 2020 et Auger-Aliassime a fait de même le 14 novembre 2021.

Mais le Canada n'est pas seul.

Qu'en est-il de la paire de la Fédération de Russie? Le n°2 Daniil Medvedev et le n°5 Andrey Rublev viennent de terminer leur saison avec une cerise sur le gâteau : le troisième championnat de leur pays en Coupe Davis.

Il y a même un troisième Russe dans le Top 20 : Aslan Karatsev. Ses succès surprenants en simple et en double ont contribué à faire du pays une puissance du tennis.

Une autre nation émergente est l'Italie. Alors que Fabio Fognini était le seul loup italien en tête du classement et s'est hissé jusqu'au n°9 en 2019, une jeune cavalerie est désormais venue à son secours avec le n°7 Matteo Berrettini et le n°10 Jannik Sinner.

Je vais conclure avec nos voisins du sud, qui sont loin de l'époque où Connors et McEnroe ont échangé leurs places au n ° 1 comme ils l'ont fait de 1979 à 1984 ou les années où les champions du Grand Chelem Jim Courier, Pete Sampras , Andre Agassi et Michael Chang ont porté le rouge, le blanc et le bleu dans le Top 10. En mai dernier, c'était la première fois en 30 ans qu'il n'y avait aucun Américain dans le Top 30 de l'ATP depuis la création du système en 1973. Le Washington Post illustré la situation de manière assez éloquente.

Mais il y a de l'espoir pour la nation du tennis autrefois brillante.

Si la n°38 Frances Tiafoe (23 ans) réalise les espoirs placés en lui et que les autres Américaines du Tour poursuivent leur progression et prennent leur envol, deux ou trois pourraient bien s'assurer une place dans le Top 20 voire le Top 10. Ce sont des joueurs comme No.22 Taylor Fritz (24 ans), No.26 Reilly Opelka (24 ans), No.41 Sebastian Korda (21 ans), No.43 Tommy Paul (24 ans), No. .55 Mackenzie McDonald (26 ans), No.56 Jenson Brooksby (21 ans) et No.68 Brandon Nakashima (20 ans).

Fait amusant : les États-Unis comptent 12 joueurs dans le Top 100, plus que toute autre nation, suivis de l'Espagne avec 10, de la France avec 9 et de l'Italie avec 8. De tous, les Américains sont les plus jeunes.

Le plus jeune et donc le plus susceptible de progresser. Il est fort probable que les McEnroe Bros soient impatients de voir l'un des leurs dans le Top 10 ATP ou WTA. Les fantastiques commentateurs de télévision font même leur part pour trouver des joueurs potentiellement exceptionnels en donnant mieux aux enfants de la région métropolitaine de New York. accès aux courts de tennis de la John McEnroe Tennis Academy sur Randall's Island à Manhattan. "Je crains que le plus grand joueur de l'histoire ne ramasse jamais une raquette parce qu'il ou elle n'aura pas l'opportunité de pratiquer ce sport", a déclaré Johnny Mac dans ce même Washington Post pièce.

En WTA, la situation est un peu différente. Il y a tellement de drapeaux que la liste ressemble à l'Assemblée générale des Nations Unies.

En plus des cinq joueuses américaines dans le Top 25, il y a des femmes de 17 autres pays ! Outre la Tchéquie avec trois et l'Espagne avec deux, il n'y a qu'un seul représentant par nation. La n°24 Leylah Fernandez joue pour nous, bien sûr.

Dans le Top 100, les Américaines sont toujours plus nombreuses que leurs compatriotes avec 16 joueuses. La Tchéquie a maintenu sa production régulière de talents avec huit femmes, tout comme la Russie. La France et la Roumanie en ont chacune placé cinq.

Le tennis féminin américain est-il sur le point d'entrer dans un autre âge d'or alors que Venus et Serena Williams, qui ont arboré le drapeau pendant deux décennies, arrivent à la fin de leur carrière ?

Le plus jeune d'entre eux pourrait bien diriger le groupe. A 17 ans, Coco Gauff est à surveiller. S'il y a vraiment la force du nombre, attendez-vous à une ou deux Américaines dans le Top 10. Le contingent est solide mais la moyenne d'âge est assez élevée. Sur les 16 américaines du Top 100, seules cinq ont moins de 24 ans : la n°12 Sofia Kenin (23 ans), la n°12 Coco Gauff (23 ans), la n°47 Ann Li (21 ans), La 78 Amanda Anisimova (20 ans) et la 95 Claire Liu (21 ans).

La Fédération russe de tennis double la mise

Les Russes ont clôturé l'année en beauté.

En tant que Fédération russe de tennis, la nation a réussi à réaliser quelque chose que le monde du tennis n'a pas vu depuis 30 ans. Pour la première fois de son histoire, la Russie a été sacrée championne de la Billie Jean King Cup ET de la Coupe Davis.

Photo : daviscup.com

Lors de la finale de la Coupe Davis, Daniil Medvedev et Andrey Rublev ont remporté des victoires en deux sets sur les Croates Marin Cilic et Borna Gojo, respectivement. Medvedev, qui n'a pas perdu un seul set en cinq rencontres, était le tsar incontesté. Il a fermé les livres sur sa saison exceptionnelle de quatre titres dont l'US Open, le n°2 mondial, une apparition en finale de la finale ATP et désormais un titre de champion par équipe qui fait le succès de toute la Russie.

Photo : daviscup.com

Un mois plus tôt, l'équipe russe avait décroché la Billie Jean King Cup en balayant la Suisse en finale. Un énorme accomplissement.

Photo : bjkcup.com

Le tennis russe rejoint le groupe d'élite des nations qui ont remporté les deux couronnes de tennis par équipes la même année. Les États-Unis l'ont fait sept fois (1963, 1969, 1978, 1979, 1981, 1982 et 1990), l'Australie trois fois (1964, 1965 et 1973) et la République tchèque une fois, en 2021.

Entrez en contact avec moi!

E-mail: privard@tenniscanada.com

Twitter: @paul6rivard Suivez tous nos Canadiens en action ici.





Cliquez ici pour voir l'article original