Rencontre Tennis

Rivard : ÉPIQUE – Tennis Canada

Rivard : ÉPIQUE – Tennis Canada


Le plus grand nombre de titres du Grand Chelem en tennis masculin en simple: c'est un record que Roger Federer a détenu pendant 12 ans et demi, jusqu'à ce qu'il soit contraint de le partager avec Rafael Nadal à partir de juin 2020 et avec Novak Djokovic l'année suivante.

Le 30 janvier, contre pratiquement toute attente, l'impasse a éclaté lorsque le roi de la terre battue a verrouillé le 21e majeur de sa carrière à Melbourne.

Infographie : Open d'Australie

Le plus grand nombre de titres du Grand Chelem en tennis masculin en simple: c'est un record que Roger Federer a détenu pendant 12 ans et demi, jusqu'à ce qu'il soit contraint de le partager avec Rafael Nadal à partir de juin 2020 et avec Novak Djokovic l'année suivante.

Le 30 janvier, contre pratiquement toute attente, l'impasse a éclaté lorsque le roi de la terre battue a verrouillé le 21e majeur de sa carrière à Melbourne.

Et par pratiquement toutes les chances, je fais référence au fait que Nadal avait commencé à parler à sa famille et à son équipe de sa retraite il y a quelques semaines à peine, après une interruption de six mois en raison d'une blessure au pied qui l'a poursuivi pendant des années. La colline devenait de plus en plus difficile à gravir.

Pourtant, jouant comme si sa vie en dépendait, le Rafa vieillissant et grimaçant que nous avons vu sur les courts ces derniers temps n'était pas encore prêt à jeter l'éponge.

Puisant dans toutes ses ressources et réserves, il a fait l'impensable. Sans mettre les pieds sur un court de compétition entre le 5 août 2021, à Washington et le 5 janvier 2022, au Melbourne Summer Set, il a tout de même réussi à remporter l'épreuve d'ouverture et le premier majeur de la saison. Onze matchs consécutifs.

Une victoire épique par un athlète exceptionnel.

Photo : Open d'Australie

Ce n'est pas tous les jours qu'un nouveau leader du Grand Chelem est couronné.

C'est particulièrement vrai du côté féminin : Margaret Court tient le record depuis septembre 1970, lorsqu'elle a remporté son 20e et a devancé Helen Willis.

Il reste à débattre de la question de savoir si ses 24 Grands Chelems devraient être maintenus compte tenu des sept couronnes AO qu'elle a remportées à un moment où à peu près seuls les Australiens ont participé à l'événement.

En tout cas, du côté des hommes, il y a une relative stabilité depuis 55 ans. Seuls quatre joueurs ont tenu la tête.

Joueur Titres Point final
Roy Emerson (Australie) 12 33 ans, 1 mois (1967 à 2000)
Pete Sampras (États-Unis) 14 9 ans (2000 à 2009)
Roger Federer (SUI) 20 12 ans, 6 mois (2009 à 2022)
Rafael Nadal (ESP) 21 2022 à ?

Combien de temps le joueur de 35 ans peut-il rester au top, en particulier avec Novak Djokovic, qui a un an de moins, à bout de souffle ?

Et Federer ? Compte tenu de ses longues absences, de ses mauvais genoux et de son âge, il lui faudra un grand miracle pour arriver à 21 ans.

Je vais conclure avec l'un des meilleurs tweets que j'ai rencontrés dans les minutes qui ont suivi le triomphe de Rafa dimanche : le Djoker et le Maestro ayant un moment.

En parlant de ces deux-là, ils se sont rendus sur les réseaux sociaux pour féliciter le nouveau détenteur du record. Novak a rompu son silence de près de trois semaines avec un hommage sur Twitter, et Roger a posté quelque chose d'un peu plus sincère sur Insta.

Dame Ashleigh

Photo: Open d'Australie

Déjà qu'on l'aimait beaucoup.

Nous l'aimions déjà beaucoup.

Elle a, à mon avis, déjà remplacé Serena en tant que visage de la WTA.

Elle était déjà une icône du sport dans son Australie natale.

Et le 29 janvier, Ashleigh Barty a consolidé sa place dans le tennis en remportant l'AO à Melbourne, devenant la première Australienne à gagner à domicile en 44 ans.

C'est un exploit que ses distingués compatriotes australiens, dont le champion de l'US Open Sam Stosur et les doubles vainqueurs du Grand Chelem Lleyton Hewitt et Patrick Rafter, n'ont jamais réussi à réussir.

Mais Ash a réussi avec style. Alors que sa rivale Danielle Collins servait pour le deuxième set à 5-1, Barty a orchestré un retour spectaculaire pour s'imposer au bris d'égalité (6-3, 7-6).

N'oublions pas qu'elle revenait de quatre mois d'arrêt. Depuis son premier match le 5 janvier, elle a remporté 11 victoires consécutives : le premier Adelaide International et le Slam.

La n°1 mondiale a décroché sa troisième couronne du Grand Chelem en moins de deux ans et demi et une avance de 2 600 points au classement.

Elle est certainement au sommet de son art. Et le monde.

Photo : AusOpen.com

Seules quatre villes peuvent accueillir les événements les plus prestigieux du tennis et, par conséquent, les joueurs de quatre pays seulement peuvent offrir un Chelem à leurs concitoyens. Dans un sport individuel comme le tennis où les tournois se délocalisent très rarement, une victoire d'un héros local est d'autant plus extraordinaire.

En 2013, les Britanniques ont ressenti le même frisson alors qu'Andy Murray a mis fin à une période de sécheresse encore plus longue et a soulevé la Wimbledon Cup. Il a été le premier Écossais en 77 ans à dominer les courts en gazon sacrés.

Le titre, ainsi que sa deuxième couronne à Wimbledon, à l'US Open et deux médailles olympiques, ont valu à Sir Andy le titre de chevalier.

Si Ashleigh Barty était née à Ipswich, en Angleterre, au lieu d'Ipswich, dans le Queensland, en Australie, serait-elle Dame Ash ?

Personnellement, j'aime Lady Ashleigh pour une joueuse aussi distinguée et exceptionnelle qui a marqué l'histoire du sport australien.

Photo : WTA

Récapitulatif : sélections et prédictions AO

Infographie : Open d'Australie

Appelez-les comme vous voulez : choix sportifs, pronostics AO….

Les fans et les pros apprécient toujours l'excitation (ou la pression) de choisir les gagnants. Parfois, l'argent est en jeu, et parfois c'est juste pour se vanter.

Certains résultats sont plus faciles à prédire que d'autres, en particulier lorsque les événements n'ont que deux concurrents. Lorsqu'il s'agit d'un tournoi de golf avec 144 joueurs ou d'un Grand Chelem avec 128, il faut des connaissances et un peu de chance pour bien faire les choses.

Mais comme je l'ai dit, c'est pour s'amuser.

Tennis Canada a fait appel à huit experts pour faire leurs choix AO. La tâche était à la fois amusante et difficile. Certains s'en sont mieux sortis que d'autres, en particulier en ce qui concerne les chevaux noirs et les histoires de Cendrillon.

Tout d'abord, je dois féliciter mes distingués collègues qui ont visé juste avec leurs choix pour les champions du simple féminin et masculin. Carolyn Cameron (Sportsnet), Mark McMasters (TSN) et Mike McIntyre (Points de match Canada podcast) reposait sur la logique avec Ashleigh Barty et la légende (ou la nostalgie) avec Rafael Nadal. Certains d'entre nous, moi y compris, ont préféré rester dans l'air du temps avec Medvedev et Osaka ou tenté l'effet de surprise avec Sabalenka et Kontaveit.

Mais en vain.

Voici ce que nous avons trouvé.

Maintenant, quelques réflexions sur les autres catégories.

La majorité pensait que Félix Auger-Aliassime irait le plus loin de tous les Canadiens dans le mélange. Il l'a fait, et Denis Shapovalov l'a accompagné jusqu'aux quartiers.

En ce qui concerne les chevaux noirs et les Cendrillons, il y avait des choix intéressants.

Bien sûr, il y a toujours beaucoup plus de dormeurs que de favoris et, comme prévu, peu de prédictions se sont déroulées.

Pourtant, il y a deux mentions très honorables.

Ben Lewis de Points de match Canada avait raison à propos de Danielle Collins, qui s'est battue jusqu'à la toute fin.

En effet, la finaliste de 28 ans, qui n'est entrée dans le Top 50 qu'en avril 2018 et dont le meilleur classement avait été n°23 le 27 janvier 2019, a disputé le tournoi de sa vie jusqu'à ce qu'elle rencontre la n°1 mondiale Ashleigh Barty. .

Si vous souhaitez faire connaissance avec l'intrigante Danielle Collins, je vous propose ce très intéressant lu par la journaliste Lili Anolik dans Raquette.

En ce qui concerne les chevaux noirs, Hugues Léger avait raison à propos de Rafa. Entre vous et moi, avec Novak Djokovic remportant potentiellement son 10e AO ou Daniil Medvedev s'appuyant hypothétiquement sur son élan de fin 2021, peu auraient choisi le roi de l'argile après une absence de cinq mois.

En ce qui concerne l'histoire de Cendrillon, cela pourrait être Ashleigh Barty, qui a remporté son tout premier Chelem à domicile, ce qu'aucun Australien n'avait fait depuis Chris O'Neil en 1978.

Infographie : AusOpen.com

La tradition continue

Image : TSN

Victoria et Kayla!

Dans ce qui est devenu une tradition dans le tennis junior canadien, Victoria Mboko et Kayla Cross ont obtenu une place dans une finale du Grand Chelem. Ils n'ont peut-être pas gagné, mais il y a quand même toutes les raisons de célébrer une réalisation aussi incroyable de deux de nos jeunes talents.

Au cours de la dernière décennie, les adolescents ont vu de grands duos locaux gagner gros : Bianca Andreescu et Carson Branstine et Shapovalov et Auger-Aliassime, des joueurs comme Eugenie Bouchard, Carol Zhao et Leylah Fernandez qui ont fait équipe avec des partenaires du monde entier, comme ainsi que Lareau et LeBlanc, Greg Rusedski, Jocelyn Robichaud et Frank Dancevic.

La semaine dernière, dans leur parcours très impressionnant vers la finale, Kayla et Victoria ont fait le premier pas entre un rêve d'enfance et une compétition de classe mondiale.

Lisez tout a propos de ça ici.

L'avenir s'annonce très brillant !

Une raquette, six roues, une tonne de trophées

Photo : Open d'Australie

Bien qu'il y ait eu quelques remaniements au sommet de la liste des joueurs avec le plus de titres de Slam en tennis masculin en simple, le tennis masculin en fauteuil roulant a son empereur.

Il s'appelle Shingo Kuneida et vient d'ajouter un 11e titre australien à son palmarès.

Oui, tu l'as bien lu. Pas un 11e Chelem, un 11e Chelem à Melbourne !

Cela fait 26 trophées de vainqueur du Grand Chelem pour Kuneida en simple. Ses triomphes en double portent son total en carrière à 47 !

Lors de son premier AO en 2007, Kuneida s'est lancé dans une séquence de victoires et a remporté cinq titres consécutifs au Japon. En neuf ans, il a remporté l'épreuve huit fois.

Il a complété un Slam du calendrier en 2014 et a été couronné champion paralympique en 2008, 2012 et 2020.

Avec un record aussi époustouflant, il est le GOAT incontesté.

Photo : Open d'Australie

Victoire pour Vasek

Photo : Le Télégramme

Loin des projecteurs médiatiques de Melbourne, un vétéran canadien a combattu dans l'un des rares tournois organisés pendant le majeur et GAGNÉ!

Lors de l'Open Quimper Bretagne Occidentale en France, le n°128 mondial Vasek Pospisil a battu le n°167 Grégoire Barrère de France (6-4, 3-6, 6-1).

Attrapez tous les faits saillants ici.

Photo : TennisActu.net

Cette victoire marque le premier titre de Pospisil en 35 tournois ou deux ans et demi. Il a soulevé les trophées de son précédent vainqueur à Las Vegas et à Charlottesville en octobre et novembre 2019.

La victoire à Quimper est son 10e titre Challenger en carrière.

Le Britanno-Colombien de 31 ans a commencé la saison du bon pied avec une fiche de 9-2 en trois tournois. Dans le classement, il est passé de 17 à la 121e place.

Cela le place à seulement trois places du n ° 118 Milos Raonic, qui n'a donné aucun signe d'un possible retour au tennis. En 2021, l'Ontarien n'a disputé que dix matchs en cinq tournois (6-4). Une blessure au talon l'a éloigné de l'Australie et il est sorti du Top 100 pour la première fois depuis 2011.

E-mail: privé@tenniscanada.com

Twitter: @paul6rivard

Suivez tous nos Canadiens en action ici.





Cliquez ici pour voir l'article original

Inscription Gratuite

A lire aussi :