Rencontre Tennis

Rivard : ENFIN ! -Tennis Canada

Rivard : ENFIN !  -Tennis Canada


Il l'a enfin fait.

Le fantastiquement prometteur Félix Auger-Aliassime a remporté un titre ATP.

C'était l'une des plus longues attentes de l'histoire en termes de finales sans victoire. Seuls Pat Dupre et Cédric Pioline (0/9) ont fait moins bien.

Mais ce n'est plus pertinent maintenant. En mettant fin à sa sécheresse apparemment interminable, le joueur de 21 ans a ouvert la porte à beaucoup plus de succès dans un avenir proche.

Et cet avenir est BRILLANT.

En anéantissant son ennemi juré lors du tournoi en salle de Rotterdam, Auger-Aliassime a achevé sa quête éternelle et stoppé une série de défaites contre Tsitsipas, qui avait remporté ses cinq derniers matches au cours des trois dernières années.

La victoire a même valu à la FAA une place sur la page d'accueil du site Web de l'ATP.

Photo : Tour ATP

Tsitsipas a-t-il joué du bon tennis ? Pas vraiment.

Mais le match était tout Félix.

Il y a une différence entre manquer des tirs de routine et être forcé de faire des erreurs par un adversaire qui joue avec un rythme parfait, renvoyant pratiquement tous vos premiers services et servant comme un patron.

Et ce n'était pas seulement une belle journée de service. Ce fut une excellente semaine et une excellente année au service pour le Canadien, qui accumule plus d'as que jamais, minimise ses doubles fautes et obtient les premiers services comme le joueur du Top 10 qu'il est.

Et ses retours ? En route vers la finale néerlandaise, les deux tiers des services de Tsitsipas ne sont jamais revenus, mais Félix en a géré 50 %.

Le week-end dernier, les choses fonctionnaient vraiment pour l'éventuel champion. Même ses tirs les plus désespérés ont atteint la ligne, au grand désarroi du titan grec, qui s'est de plus en plus effondré au fur et à mesure que le match avançait.

Pour Auger-Aliassime, la confrontation ultime a été la plus rapide des cinq batailles qu'il a menées à Rotterdam. Malgré un départ difficile contre Egor Gerasimov de Biélorussie, il a vaincu Sir Andy Murray, percé des trous dans le mur défensif de Cameron Norrie et démantelé le très puissant Andrey Rublev.

Après tout, même le stoïque Frédéric Fontang souriait jusqu'aux oreilles. Cela devrait vous donner une idée de la satisfaction et du soulagement de tout le monde dans la boîte du joueur.

À 21 ans, Félix est encore jeune, mais il lui a fallu neuf finales pour remporter le premier set (16 perdus) et un trophée ATP - une course si longue qu'elle semblait de plus en plus paralysante à chaque nouvelle occasion.

Sortie de Tennis TV cette vidéo courte mais touchante sur toutes les étapes de la carrière d'Auger-Aliassime en exactement quatre ans. N'oubliez pas que c'est à Rotterdam Ahoy que son aventure ATP a commencé le 13 février 2018, alors qu'il n'avait que 18 ans.

Le titre consolide son classement n ° 9 et le place 600 points devant Jannik Sinner au n ° 10 et environ 50 points derrière le n ° 8 Casper Ruud, qui a remporté le tournoi à Buenos Aires contre le héros local Diego Schwartzman.

Maintenant, place à un vieux cliché toujours très pertinent : il ne fait que commencer !

La fierté du Canada aura bien d'autres occasions de célébrer, peu importe l'importance du tournoi et l'endroit du monde où il se déroule. En attendant, cela publication depuis un compte fan résume parfaitement les choses.

Le mois de l'histoire noire

Felix et Tiafoe se serrent la main au filet
Photo : ESPN

Avant même de remporter son premier titre en carrière, Félix Auger-Aliassime faisait partie de la nouvelle génération d'athlètes noirs qui marchent sur les traces de géants pionniers du tennis comme Althea Gibson et Arthur Ashe.

Bien sûr, entre Félix, Coco Gauff, Frances Tiafoe et les légendes précitées, il y a Venus et Serena Williams, Sloane Stephens et Naomi Osaka.

Je m'en voudrais de ne pas mentionner que la percée de Félix après une période de sécheresse frustrante est survenue en plein mois de février, le Mois de l'histoire des Noirs.

Depuis 1976, le mois de février est consacré à célébrer la présence, les réalisations et les contributions des membres des communautés noires, y compris les athlètes professionnels.

La commémoration annuelle de l'histoire de la diaspora africaine a été introduite il y a plus de 45 ans par le président américain Gerald Ford. D'autres pays ont emboîté le pas, dont le Royaume-Uni en 1987, le Canada en 1995 et, plus récemment, l'Irlande, la France et sept pays africains.

Il y a plusieurs décennies, le sport servait de levier pour surmonter tant de barrières raciales. Les quatre médailles d'or de Jesse Owens en athlétisme aux Jeux Olympiques de 1936 à Berlin et le combat de Jackie Robinson pour devenir le premier Afro-Américain à jouer dans la MLB en sont de brillants exemples. Aujourd'hui, les ligues nord-américaines de sports d'équipe braquent les projecteurs sur les contributions des athlètes noirs au tissu social de leurs communautés.

Les Canadiens noirs font également leur marque, et Tennis Canada a célébré le Mois de l'histoire des Noirs avec cette réflexion sur la façon dont Félix Auger-Aliassime inspire la prochaine génération sur et hors des courts.

Outre Félix, un certain nombre de joueurs de tennis noirs ont changé la donne. Voici une liste des pionniers en fonction de leur importance et de leur impact sur le jeu.

1 – Arthur Ashe

2 – Althéa Gibson

3 – Serena Williams et Venus Williams

4 – Naomi Osaka

5 – Sloane Stephens

6 – Yannick Noé

7 – Jo-Wilfried Tsonga

8 – Gaël Monfils

9 – Lori Mc Neil

10 – Clés de Madison

11 – Garnison Zina

12 – Chanda Rubin

13 – MaliVai Washington

14 – Coco Gauff

15 – James Blake

16 – Frances Tiafoe

17 – Katrina Adams

18 – Asie Muhammad

19 – Dustin Brown

20 – Ronald Agénor

21 – George Stuart

En ce qui concerne le nom au n ° 21, vous ne connaissez peut-être pas George Stewart. Je ne l'étais pas. Mais en lisant sur le Mois de l'histoire des Noirs, j'ai trouvé ce Tweet cela m'a incité à l'ajouter à la liste, qui, bien sûr, n'est que partielle.

Pour en savoir plus, tapez #Le mois de l'histoire noire dans la barre de recherche Twitter ou votre moteur de recherche préféré. @TennisCanada a créé une série dédiée, tout comme un certain nombre d'autres médias de tennis, dont le Tennis Hall of Fame avec Briser les frontières.

Photo : Temple de la renommée internationale du tennis

Au-delà du sport, la liste des femmes et des hommes noirs qui ont inspiré le monde est impressionnante, et vous en connaissez probablement déjà beaucoup.

Concluons les choses avec cette vidéo de près de quatre minutes par Actualités sportives intitulé Mois de l'histoire des Noirs : Célébrons les pionniers noirs du sport.

Inspirant.

Pays des serveurs géants

C'est l'histoire de deux serveurs géants, compatriotes et adversaires fréquents de nos jours.

Montage Inser et Opelka Servant

Samedi, à l'ATP 250 Dallas Open, John Isner et Reilly Opelka se sont affrontés dans une demi-finale qui s'est déroulée comme toutes leurs batailles précédentes : dans une fusillade au bazooka.

Non seulement il y a eu un nombre record d'as dans un match en deux sets, mais le dernier tie-break de leur longue liste de sets décisifs a également battu un record. Il aura fallu 46 points pour remporter le troisième set : 24-22 pour Opelka et un nouveau record du plus long tie-break en termes de points joués depuis la création de l'ATP en 1990.

Depuis 2016, Isner (2,08 m) et Opelka (2,11 m) se sont affrontés à cinq reprises. Isner a remporté sa première et la plus unilatérale bataille en demi-finale à Atlanta (6-7 (5), 6-4, 6-2), brisant Opelka à trois reprises. Lors de leurs quatre duels suivants (Melbourne, New York et Atlanta en 2019 et Dallas le 12 février), dominés par Opelka, il n'y a eu aucune balle de break (AUCUNE !) et un total de 12 sets (TOUS LES SEULS !) sont allés à un jeu décisif.

Pour répondre à votre question, il y a eu 329 as dans leurs 5 matchs.

C'est 66 par match.

Et c'est 33 par joueur, par match.

Robots de servicevous dites?

Servbots (non robots de servicenotez l'orthographe) ou Kobun en japonais, existent depuis bien plus longtemps que Raonic, Karlovic, Isner ou Opelka. Ce sont en fait de petits robots polyvalents créés en 1997 dans le cadre du Légendes de Mega Man séries. Les petits hommes de main ont chacun des personnalités distinctes et sont chargés de construire, d'utiliser et de réparer des machines. Plus sur eux ici.

Dans cet esprit, il ne semble pas y avoir de lien entre les Servbots animés et le robots de service au tennis, dont les deux sympathiques géants américains. Au tennis, robot de service a même une connotation quelque peu négative.

Oui, les échanges sont plus courts car les joueurs à la réception ont du mal à revenir. Pourtant, nous avons appris à apprécier la qualité du tennis joué par Isner, Opelka et d'autres, comme Cilic, Bublik, Medvedev et, plus récemment, Maxime Cressy des États-Unis.

Que pensent Isner et Opelka d'être doublés robots de service? Ils en rient. "Je veux dire, très franchement, Isner et moi plaisantons sur le terme robot de service. Bien sûr, je laisse aux médias du tennis le soin de trouver ce mot ou ce terme ou quoi que ce soit. Nous plaisantons avec ça maintenant », a déclaré Opelka l'été dernier à Toronto après avoir renvoyé Roberto Bautista Agut chez lui et signé Robot de service sur l'objectif du cadreur après la victoire.

Il a également ajouté qu'il faut plus que de gros services pour se rendre à deux demi-finales consécutives du Masters 1000 à Rome et à Toronto: "Je veux dire, quiconque connaît le tennis sait que la balle revient, quelle que soit la qualité de votre service. . Peut-être un ou deux matchs par an, où Isner et moi faisons un match parfait, nous n'avons pas besoin de frapper trop de balles. Isner est plus qu'un service, tout comme moi. Vous ne pouvez pas être n ° 20 mondial avec un seul coup. C'est juste idiot. C'est ridicule."

Cela dit, préparez-vous. Ce n'est plus de la science-fiction.

Les bots vont-ils dominer la planète tennis ?


E-mail: privé@tenniscanada.com

Twitter: @paul6rivard

Suivez tous nos Canadiens en action ici.





Cliquez ici pour voir l'article original

Inscription Gratuite

A lire aussi :