Rencontre Tennis

Rivard : Ce sourire gagnant – Tennis Canada

Rivard : Ce sourire gagnant – Tennis Canada


Dans son discours de victoire dimanche soir, la mairesse nouvellement réélue de Montréal Valérie Plante a affirmé qu'il était possible de « gagner avec le sourire ».

Son sourire caractéristique, qui lui a valu à la fois admiration et critique, est quelque chose que j'ai également remarqué chez notre jeune et talentueuse Leylah Fernandez, pour qui chaque tournoi est comme une nouvelle campagne.

Maintenant, certains experts disent que son sourire et son attitude positive, même lorsque les choses deviennent risquées, pourraient l'aider à gagner.

Dans une courte vidéo intitulée Leylah Fernandez : Le sourire améliore-t-il les performances au tennis ? produit par Baseline Media, les chercheurs affirment que le sourire active les neuropeptides et les acides aminés qui ont un impact sur le fonctionnement du système nerveux pour réduire le stress et déclencher la libération de dopamine, d'endorphines et de sérotonine, des hormones qui nous font nous sentir bien et nous aident à surmonter la douleur physique.

De plus, la sensation de plaisir liée au sourire peut favoriser la concentration.

Dans le clip Baseline, vous pouvez suivre les découvertes scientifiques intéressantes qui expliquent comment le sourire de Fernandez peut la faire avancer. Idem pour sa rivale Emma Raducanu, qui a trouvé le moyen de sourire et surpasser Fernandez à New York.

La bataille de l'US Open entre les jeunes talents brillants et joyeux – et les futures stars du tennis féminin – est certainement un moment fort de la saison 2021.

Canada contre Lettonie

Après avoir perdu le tournoi à la ronde lors de la finale de la Coupe Billie Jean King, le Canada affrontera la Lettonie en avril dans le but de réserver un billet pour le tournoi de l'année prochaine.

Lors de la cérémonie du tirage au sort le 6 novembre, il a été déterminé que le match nul se jouerait ici.

Le Canada, actuellement classé 10e, et la Lettonie, 10e, s'affronteront pour la toute première fois.

Sur la base du classement publié le 8 novembre, voici à quoi ressemblerait l'équilibre des pouvoirs si les matchs avaient lieu cette semaine et que tout le monde concourait (on s'attend à ce qu'ils le fassent car l'égalité tombe pendant le temps d'arrêt entre les événements WTA au Mexique et en Colombie et le très important Grand Prix de tennis Porsche).

Malgré le ralentissement de Bianca, Équipe Canada ressemble toujours beaucoup à la favorite. Les joueuses en simple sont plus jeunes et mieux classées que leurs adversaires lettones, et le Canada a la chance d'avoir une joueuse de double exceptionnelle en la 5e Gabriela Dabrowski. Mais cela ne veut pas dire que nous devrions exclure la 28e mondiale Jelena Ostapenko.

Qui a l'avantage ? Canada parce que Gabriela sera bien reposée ? La Lettonie parce qu'Ostapenko sera renforcée par ses matchs en simple ? Restez connectés, comme on dit !

Comment les puissants sont tombés

Bianca Andreescu est hors du Top 10.

Elle fait également partie du Top 20, du Top 30 et du Top 40.

Il fallait s'y attendre car les ajustements de classement annoncés par la WTA dans un communiqué publié le 4 septembre s'est finalement produit le 8 novembre.

Bianca a donc perdu 22 places, passant de n°24 à n°46.

Bianca Andreescu frappe une volée de coup droit
Photo : Camerawork USA/Tennis Canada

C'était aussi à prévoir car nous savions à quel point il serait coûteux de perdre ces points d'Indian Wells 2019, même si la victoire remonte à deux ans et demi.

La Canadienne n'est pas le seul grand nom à s'effondrer : Belinda Bencic, qui a atteint les demi-finales à Indian Wells, est tombée de la 17e à la 23e, et Angelique Kerber, qui a atteint la finale et a été battue par Bianca, coulée de la No. .9 à n°17.

Il y a eu d'autres victimes notables. Parmi les joueuses qui ont perdu des points gagnés à Indian Wells, Rabat ou 's-Hertogenbosch figurent l'Américaine Allison Riske (22 places de la 52e à la 73e) et la Britannique Johanna Konta (39 places de la 73e à la n°73). 112).

Si vous n'avez pas suivi le classement de très près, sachez que Serena Williams est juste en dehors du Top 40 (n°41) depuis fin août.

Quant à Vénus, qui a passé les trois derniers mois entre le n°150 et le n°170, elle se situe au n°314, soit un plongeon de 144 places. À Indian Wells, elle est arrivée jusqu'aux quartiers. Ici, je suis d'accord avec Christopher Clarey du New York Times : c'est étrange à voir.

Félix saute la Next Gen

Le 3 novembre, Félix Auger-Aliassime s'est officiellement retiré de la confrontation de fin d'année entre les meilleurs joueurs mondiaux de 21 ans et moins de la saison.

L'événement, créé il y a cinq ans, se déroule à Milan, en Italie.

Tout comme Denis Shapovalov, Félix avait le droit de participer au cours des dernières saisons. Pourtant, seul Denis a réellement participé, et c'était en 2017, lorsqu'il a été invité pour la toute première fois. Avec une victoire et deux défaites, il a été évincé en demi-finale. Il a sauté les deux éditions suivantes.

Felix Auger Aliassime signe des balles de tennis pour les fans après un match
Photo : Corinne Dubreuil/ATP Tour

Auger-Aliassime s'est qualifié en 2019 mais a dû se retirer en raison d'une blessure à la cheville.

Cette année, le Québécois était classé deuxième derrière Jannick Sinner, qui ne sera pas là non plus, à la grande déception des partisans italiens, d'autant plus que le tournoi se déroule dans son pays d'origine.

Sinner ne sera pas très loin, cependant. À environ 145 kilomètres de Milan se trouve Turin, qui accueillera les finales Nitto ATP. Classé neuvième dans l'événement, Sinner est le premier remplaçant.

Pourtant, les locaux pourront voir leur compatriote Lorenzo Musetti, qui est dans le groupe B avec Sebastian Korda des États-Unis, Sebastian Baez d'Argentine et Hugo Gaston de France. L'Espagnol Carlos Alcaraz, l'Américain Brandon Nakashima, l'Argentin Juan Manuel Cerundolo et le Norvégien Holger Vitus Nodskov forment le groupe A.

C'est l'heure d'un quiz pop ! Quelqu'un se souvient qui a gagné les trois dernières éditions ?

2017 : Hyeon Chung (KOR) ré. Andrey Rublev (RUS), 3-4, 4-3, 4-2, 4-2

2018 : Stefanos Tsitsipas (GRE) ré. Alex De Minaur (AUS), 2-4, 4-1, 4-3, 4-3

2019 : Jannik Sinner (ITA) ré. Alex De Minaur (AUS), 4-2, 4-1, 4-2

Janik Sinner détient le trophée Next Gen Finals
Photo : Peter Staples/Tour ATP

Là, le tournoi 2020 a été annulé.

Djokovic : les yeux rivés sur le prix (de fin d'année)

Novak Djokovic n'a peut-être pas atteint tout ce qu'il avait l'intention de faire en 2021, mais il a tout de même atteint une étape impressionnante qui ne sera probablement pas dépassée de si tôt.

On a beaucoup parlé du Calendar Slam - et ne parlons même pas du Golden - et du fait qu'il n'a pas été en mesure d'obtenir ce majeur supplémentaire pour devancer Roger et Rafa, qui en ont chacun 20. Quoi qu'il en soit, il est la fin d'année n°1 pour la septième fois de sa carrière, et c'est vraiment quelque chose.

Il était auparavant à égalité à six ans avec Pete Sampras (2000) après avoir devancé Connors, Nadal et Federer, qui ont chacun occupé le trône cinq fois.

Djokovic est allé jusqu'à 122 semaines consécutives au n ° 1 entre juillet 2014 et novembre 2016 et son compte courant est actuellement de 64 semaines, mais le record appartient toujours au Maestro (237).

Et en ce qui concerne le nombre total de semaines au n°1, Djokovic a régné plus longtemps que la Fed, son challenger le plus proche, avec 346 semaines contre 310.

Photo : Paris Rolex Masters

À Paris, Nole a disputé la 54e finale de sa carrière, soit deux de plus que le précédent détenteur du record Rafa Nadal. Avec cette victoire, Djokovic a récupéré son 37e trophée de vainqueur et a devancé l'Espagnol, avec qui il était à égalité.

Désormais, tous les regards seront tournés vers les finales Nitto ATP à Turin, que Novak se battra pour gagner pour la sixième fois. Son dernier (et quatrième consécutif) triomphe de fin d'année remonte à 2017.

Graphique avec les joueurs qui se sont qualifiés pour les finales ATP en 2021

S'il va jusqu'au bout, il sera à égalité avec Federer.

Et encore une chose : cette année marque la 14e finale ATP de Djokovic. C'est trois de moins que Federer (oui, encore lui).

Toujours à la hauteur à 97

En août dernier, j'ai tapé le profil du joueur de tennis de 91 ans Émilien Vallée.

Son histoire inspirante a suscité beaucoup de réactions et a même fait l'objet d'une couverture télévisée à Radio-Canada.

Bien sûr, M. Vallée n'est pas le seul à jouer jusqu'à 90 ans.

Il y a quelques semaines à peine, Rafael Nadal a ouvert les portes de son académie de tennis à Leonid Stanislavskyi, 97 ans, qui rêvait de visiter les installations et détient le record du monde Guinness du plus vieux joueur de tennis inscrit à l'ITF ! Il a même réussi à convaincre Rafa de frapper quelques balles. Le roi de l'argile a rendu hommage à Leonid dans une publication Instagram.

Il est pratiquement impossible de trouver Stanislavskyi un adversaire digne de son âge, mais cela ne l'empêche pas de participer à des tournois européens et internationaux. Il a affiché des victoires contre plus jeune joueurs, même s'il ne se déplace pas aussi vite qu'il le souhaiterait.

Pour en savoir plus sur cet as ukrainien remarquable, consultez ce profil par le Gardien.

Courriel : privard@tenniscanada.com

Twitter : @paul6rivard

Pour suivre tous nos Canadiens à la trace, c'est ici





Cliquez ici pour voir l'article original

Inscription Gratuite

A lire aussi :