Rencontre Tennis

Rivard : C2 Montréal accueille Billie Jean King et Rebecca Marino

Rivard : C2 Montréal accueille Billie Jean King et Rebecca Marino


Le 28 septembre dernier, deux figures du tennis féminin, modèles dans le paysage sportif et social, ont fait des apparitions remarquées à C2 Montréal, l'événement international à la croisée du commerce et de la créativité (C2) lancé en 2012.

Bien sûr, les thèmes de l'inclusion et de l'égalité étaient au cœur de leurs discussions.

A moins de deux semaines de la Journée internationale de la filleune célébration annuelle déclarée pour la première fois par les Nations Unies le 11 octobre 2012 et destinée à soutenir davantage d'opportunités pour les filles et à accroître la sensibilisation à l'inégalité entre les sexes à laquelle sont confrontées les filles, la couverture médiatique de l'événement n'aurait pas pu arriver à un meilleur moment .

Et il y a tout juste 16 mois, Tennis Canada et la Banque Nationale lançaient les filles de 10 ans. Régler. Stratégie de match, qui mène à des changements significatifs pour promouvoir l'égalité des sexes dans le tennis.

Quoi de mieux pour illustrer l'initiative qu'en rappelant le parcours de Billie Jean King ? De ses rêves de petite fille à ses couronnes du Grand Chelem et à la création du pionnier Original Nine, elle fait partie des icônes sportives mondiales des 50 dernières années.

Photo : C2 Montréal

Et l'histoire de Rebecca Marino aussi : son parcours admirable qui a fait la une des journaux canadiens et a été un sujet brûlant pour les journalistes de toutes les villes du Tour où la 80e mondiale a concouru depuis son retour au tennis il y a cinq ans.

Avant l'apparition de Mme King sur scène, Marino et la journaliste de Radio-Canada Valérie-Micaela Bain ont eu la chance de s'asseoir avec la légende du tennis.

Photo : Tennis Canada

Rebecca se souvient de la fois où elle a rencontré Billie Jean King lors d'un événement organisé par la WTA il y a environ 12 ans.

« On pourrait lui poser des questions », a déclaré Marino à Radio-Canada. « Elle nous a motivés et inspirés. C'est une pionnière du sport féminin et de l'égalité.

Marino a ensuite mentionné à quel point il est toujours difficile pour les femmes de recevoir le même prix en argent que leurs homologues masculins lors de tournois en dehors des championnats du Grand Chelem. En 1973, l'US Open a été un précurseur en remettant les mêmes chèques aux deux champions. Melbourne n'a emboîté le pas qu'en 2001, Wimbledon en 2006 et Roland-Garros en 2007.

Photo : Journal de Québec

Rebecca Marino vous dira que des efforts supplémentaires sont encore nécessaires de la part des dirigeants du tennis.

« Je ne sais pas pourquoi il y a moins de tournois féminins, mais on en parle beaucoup entre nous. Et notre conseil des joueurs pousse pour plus », a déclaré Marino. « Nous avons besoin de plus d'opportunités pour les femmes. Je suis content que le prix en argent soit le même aux Grands Chelems. C'est un bon début et j'espère que les autres tournois suivront.

"Nous avons de la chance que le tennis ait beaucoup plus de visibilité par rapport aux autres sports, mais j'ai toujours l'impression que la conversation est dominée par le tennis masculin. Cela dit, nous avons vu du mouvement et des changements au cours des dernières années, et il y a de plus en plus de tennis féminin à la télévision », a-t-elle poursuivi.

En 2011, à l'âge de 21 ans, Rebecca Marino s'est hissée à la 38e place du classement WTA. Deux ans plus tard, en février 2013, elle n'avait disputé que deux matchs dans la saison lorsqu'elle a décidé d'abandonner le tennis. Les attentes et la pression sur les réseaux sociaux étaient difficiles à gérer et l'ont poussée à la dépression.

Mais ce n'était pas la fin.

Bien qu'elle ne soit peut-être pas aussi célèbre que celle de Billie Jean King, l'histoire de Rebecca fait son chemin et restera une source d'inspiration pour toute fille qui doute de ses possibilités pour les décennies à venir.

Aujourd'hui, à 31 ans, Rebecca Marino ne pense pas à la retraite. Parmi les défis qui l'attendent, il y a celui de défendre le Canada au sein de l'équipe nationale lors du plus important événement de tennis par équipe au monde : la Coupe Billie Jean King.

Photo : Joe Ng/Tennis Canada





Cliquez ici pour voir l'article original