Rencontre Tennis

Récolter les fruits – Tennis Canada

Récolter les fruits – Tennis Canada


Pour certains de nos joueurs de tennis les plus prometteurs, l'Omnium Banque Nationale est une récompense, la chance de partager le terrain avec l'élite mondiale.

C'est aussi une récompense pour ceux qui veillent au développement du tennis au Canada, comme Guillaume Marx, responsable de la performance à Tennis Canada et superviseur du Centre national de tennis présenté par Rogers, qui peut enfin faire le bilan des années d'efforts investis auprès des jeunes joueurs.

Vous verrez le grand Français autour des courts, observant et évaluant les concurrents alors qu'ils tentent de prendre de l'avance dans la jungle épaisse et hostile du tennis international.

« C'est un grand tournoi pour moi et pour tous les entraîneurs qui ont été impliqués dans le développement d'un joueur. Et voir ce joueur participer à un tournoi aussi important ici est l'aboutissement de beaucoup d'efforts », a expliqué Marx.

Bravo à Galarneau et Diallo

Guillaume Marx n'en a rien raté le sien matchs de qualification. Liam Draxl de l'Ontario et Jaden Weekes, Juan Carlos Aguilar et Gabriel Diallo de Montréal ont affronté de grands noms. Des quatre, seul Diallo a remporté un match. Et quel match ! Il a battu le n ° 59 James Duckworth d'Australie mais a dû se retirer du duel suivant contre Hugo Gaston de France.

« Gab a remporté un tournoi à 25 000 $ il y a deux mois. Et battre un Top 60 ici à Montréal, c'est définitivement l'événement des qualifications. Il y a aussi eu Alexis ces derniers mois. Avec sa finale la semaine dernière au Challenger de Winnipeg, il est au 230e rang.

Pour Diallo et les autres Canadiens, les wild cards étaient bel et bien une récompense de Tennis Canada.

« Les gens ne s'en rendent pas compte, mais le niveau des qualifiés à un Masters 1000 comme Montréal est encore plus élevé qu'à un Grand Chelem. Ce ne sont que les 100 meilleurs joueurs. Les qualifiés d'un Grand Chelem sont classés entre le n°110 et le n°250 mondial. Alors, la barre est haute. Et oui, c'est une récompense.

Bâtiment à plusieurs étages

Sous la direction de Hatem McDadi, vice-président principal du développement du tennis chez Tennis Canada, Guillaume Marx et son équipe supervisent des athlètes de différents niveaux. Marx a également confirmé qu'un nouveau programme avait récemment été introduit.

«Nous avons créé un programme de soutien pour les 20 meilleurs joueurs de la NCAA et les 40 meilleurs juniors de l'ITF dans leur première ou deuxième année de transition. Ils peuvent bénéficier d'entraînement et d'entraînement à tous les tournois canadiens.

Il y a aussi des niveaux inférieurs. À savoir, le Centre national de tennis de Montréal et les centres régionaux de Toronto et de Vancouver. Il a été annoncé que l'ancien numéro 65 Frank Dancevic de l'Ontario sera en charge du développement d'une nouvelle génération de joueurs, alors que Martin Laurendeau poursuit son travail avec des prospects en transition vers le niveau professionnel.

Lundi soir, Dancevic et Marx se sont assis ensemble dans les gradins lors du match de Denis Shapovalov.

Photo: Télévision de tennis

Enfin, un autre ancien professionnel canadien, Jocelyn Robichaud, dirigera le vivier des talents de moins de 15 ans.

Et Félix ?

Il serait impossible de ne pas parler à Guillaume Marx de Félix Auger-Aliassime, qu'il a entraîné sur le circuit ATP jusqu'en novembre 2020. Par coïncidence, les deux venaient de parler pendant environ 15 minutes avant que Marx ne s'assoit pour l'interview.

Photo : @RolexPMasters 2020

« C'est marrant parce que c'est de cette nouvelle génération dont nous avons parlé : Diallo, notamment, et Galarneau, qui est l'ami d'enfance de Félix. Il pose des questions à leur sujet et vous pouvez dire qu'il est très intéressé à les voir réussir.

Marx conclut en exprimant son admiration pour le grand serviteur que Félix est devenu. Dans les statistiques ATP, il est quatrième dans la course aux as, derrière des noms comme John Isner, Reilly Opelka et Maxime Cressy. Auger-Aliassime frappe en moyenne 10 par match.

« Je dois lui rendre hommage car il a beaucoup travaillé son service depuis le début de sa carrière. Il a accepté beaucoup de changements et, aujourd'hui, c'est un joueur très dominant. Je dirais la même chose de son revers, qui est vraiment fort.

Il serait également impossible de ne pas parler de récompenses lorsque vous avez vu Félix grandir et se hisser jusqu'au Top 10.

C'est une récompense que Guillaume Marx et tous les autres entraîneurs récoltent en attendant le suivant.





Cliquez ici pour voir l'article original