Rencontre Tennis

Recette difficile – Tennis Canada

Recette difficile – Tennis Canada


  1. Prenez 64 joueurs d'élite, dont 16 du Top 20.
  2. Saupoudrez-en 17 dans un autre tirage : les doubles.
  3. Ajoutez la loi tacite du tennis selon laquelle un joueur ne doit JAMAIS participer à un match de double avant des matchs de simple le même jour.
  4. Versez quelques millimètres de pluie dans le mélange au début.

C'est une recette difficile. Ou, si vous préférez, un puzzle particulièrement difficile.

C'est à cela que doivent faire face les organisateurs de l'Omnium Banque Nationale. Année après année après année.

Même en connaissant la recette par cœur, il n'est pas facile de faire monter ce délicieux tennis cake. Tout comme le chef cuisinier, le chef cuisinier de renommée mondiale du tournoi qui a préparé sa juste part de banquets de tennis.

Eugène Lapierre.

La plupart du temps, le chef et son équipe doivent mettre la main à la pâte pour rendre tout le monde heureux, tâche difficile s'il en est.

FÉLIX : EARLY SHOW OU TARD SHOW ?

Premièrement, il y a l'ATP Tour, l'autorité ultime. Ensuite, il y a les stars du tennis, que le tournoi a la chance d'accueillir, même s'il fait partie des neuf épreuves du Masters 1000. Et enfin, il y a le public.

À Montréal, par exemple, tous les regards étaient braqués sur Félix Auger-Aliassime au début de la semaine. Et pour cause, puisqu'il est devenu le premier Québécois à atteindre les quarts de finale masculins de l'Omnium canadien.

Paul Chiasson / La Presse Canadienne

Même si le tournoi attire des dizaines de milliers de détenteurs de billets, des centaines de milliers de fans suivent Félix à la télévision. Des millions, en fait.

Et TV signifie prime time, ce qui signifie soirée. Hormis son tout premier match le mercredi 10 août, Auger-Aliassime a joué l'après-midi. Et cela a déçu beaucoup de monde.

Eugène Lapierre et son équipe ont accepté les critiques, mais le directeur du tournoi a tenu à expliquer sa décision : il suit les recommandations de l'ATP. L'Omnium canadien est peut-être son tournoi, mais il n'a pas le dernier mot.

DÉFINIR LA RÈGLE

« Il y a une convention dans le tennis : les joueurs de simple qui concourent également en double doivent jouer leur match de simple AVANT le double lorsque les deux sont programmés le même jour », a déclaré Lapierre. Le problème peut devenir quelque peu technique, mais il a fait de son mieux pour le rendre facile à comprendre.

"Félix ne joue pas en double ici, mais beaucoup de joueurs dans la moitié supérieure du tableau, où il se trouve, le sont. Et ils doivent jouer ces matchs de double après leurs simples. Le même jour. Donc, c'était automatique : le jeudi, nous devions programmer surtout des joueurs en première moitié pendant la journée et des joueurs en bas le soir.

Et lorsque ces considérations d'horaire surviennent, elles donnent vraiment le ton pour le reste de la semaine. Certains jouent l'après-midi, d'autres jouent la nuit. Et ce jusqu'à la finale, où le demi-finaliste vainqueur ayant joué lors des trois soirées précédentes devra obligatoirement disputer une finale l'après-midi.

"Néanmoins, puisque la finale commence à 16 heures, le finaliste qui a gagné la veille au soir a suffisamment de temps pour se reposer", a expliqué le directeur du tournoi.

Le vice-président de Tennis Canada a souvent hissé le drapeau aux tournées parce qu'il subit la pression des partisans et des chaînes de télévision pour lesquelles la soirée est aux heures de grande écoute. Et n'oubliez pas les nombreux partenaires qui veulent voir leur marque devant le plus de monde possible.

« J'aimerais voir un changement », a déclaré Eugène Lapierre. "J'en parle à l'ATP depuis des années, mais j'ai l'impression d'être une voix dans le désert. Ma perception est que c'est l'association des joueurs de l'ATP qui est réticente et considérerait le changement comme une gifle pour les joueurs de double.

« Si cette loi non écrite changeait, de nombreux joueurs de simple abandonneraient le double. Jouer un match en double avant un match en simple pourrait nuire à leurs chances en simple, ce qui reste leur principal objectif de carrière. Ils soulignent le risque de blessure avant un match critique en simple, etc.

Sachant cela, et malgré toutes ses tentatives pour changer les choses, Eugène Lapierre semble résigné.

"Ce n'est pas dans la tradition du tennis, et ça ne l'a jamais été. Je ne pense pas que cela changera de si tôt », a-t-il conclu sagement, espérant que les fans comprendront les choix déchirants auxquels sont confrontés les organisateurs de tournois.





Cliquez ici pour voir l'article original

Inscription Gratuite

A lire aussi :