Rencontre Tennis

Licorne du tennis Denis Shapovalov – Tennis Canada

Licorne du tennis Denis Shapovalov - Tennis Canada


Il y a une chose qui est indiscutable chez Denis Shapovalov : il attire les foules.

Mais ce que les gens de ces foules partout dans le monde du tennis aimeraient voir, ce sont des fins plus heureuses pour le Canadien de 23 ans.

Il joue un tennis incroyable et est présenté dans des matchs divertissants, mais trop souvent, il sort perdant.

Ce n'est pas le moment d'être trop déprimé à une époque où les joueurs dominants du jeu ont la trentaine - et il est encore à une décennie - mais le moins que l'on puisse dire, c'est que les purs et durs de Shapovalov s'impatientent un peu. .

Coup droit de Shapovalov
Photo : Martin Sidorjak

Samedi après-midi, dans une tribune bondée de 8 125 places pour son match de troisième tour de l'US Open contre Andrey Rublev, tête de série no 9, il a tenu ses fans en haleine pendant plus de quatre heures avec son tennis glorieusement explosif. À plusieurs moments du match, il semblait bien qu'il allait être le vainqueur. Pas, comme il s'est avéré, du mauvais côté d'un 6-4, 2-6, 6-7(3), 6-4, 7-6 [10-7] marquer contre le Russe de 24 ans.

Dans le deuxième set, Shapovalov a rebondi après la perte du premier match et a commencé à pulvériser le ballon de manière spectaculaire comme lui seul le peut - même s'il pense que Nick Kyrgios peut être tout aussi spectaculaire. Les types de vainqueurs qu'il frappe pourraient être décrits comme des «éclats» car ils explosent hors du schéma des rallyes, laissant ses adversaires sans défense et hors de manœuvre. Ils peuvent soudainement apparaître comme des passagers juste le long du trajet.

Il a joué comme ça en prenant les deuxième et troisième sets samedi et il y avait presque des sentiments de pitié pour Rublev car il semblait n'avoir aucune réponse. À ce moment-là, une victoire de Shapovalov était certainement envisageable.

Mais la seule chose que ses adversaires peuvent faire pour l'arrêter est de garder le moral, de continuer à le défier pour continuer à faire de ces gagnants dynamiques du sol, à la volée et au service.

Vers la fin du match dans le cinquième set, il y a eu des moments où il est également apparu qu'il pourrait se rapprocher d'une victoire, en particulier lorsqu'il a sauvé trois balles de match avec Rublev servant pour le match à 5-4. Sur deux d'entre eux, Shapovalov a joué méticuleusement sans erreur, faisant finalement tressaillir Rublev. Au troisième, il a frappé un beau coup droit intérieur / en "break out" pour son 72nd gagnant du jour.

Il a ensuite brisé Rublev et maintenu le service pendant 6-5, le Russe semblant secoué et vulnérable après avoir échoué à convertir l'une de ces balles de match.

Andrey Rublev étire le coup droit
Photo : Martin Sidorjak

Shapovalov est un train fou quand il démarre et Rublev mérite des félicitations pour garder son sang-froid et se brancher. Le train en fuite ralentit peu à peu, commet quelques fautes directes, notamment sur les trois premiers points du match décisif qui décida de l'issue. Rublev a tenu bon pour terminer 10 points à sept.

Shapovalov ne peut vraiment rien faire d'autre que persévérer, affiner ses dons exceptionnels et croire que ces déceptions font partie d'un processus d'apprentissage naturel.

En attendant, les fans de ce sport du monde entier auront droit à des performances de bobine humaines qui les divertiront royalement et, espérons-le, au rez-de-chaussée de l'évolution d'un talent rare vers un champion dans les plus grands sites du jeu.

Pompe à poing Denis Shapovalov
Photo : Martin Sidorjak

Parfois, en regardant Shapovalov, il semble qu'il n'y ait pas besoin d'autant de poing et d'émotion lorsqu'il frappe un coup fantastique. Peut-être qu'un comportement plus calme enverrait le message aux adversaires que même les coups les plus époustouflants ne sont pas si inhabituels dans son propre esprit. Que, comme un Roger Federer qui réagit rarement de manière excessive, c'est juste comme d'habitude pour lui et ce gars de l'autre côté du filet ferait mieux de s'y habituer et de s'attendre à ce qu'il y ait beaucoup plus à venir.

Bien que Shapovalov soit déçu du résultat contre Rublev, il s'agissait d'une performance bien meilleure par rapport à ses défaites à Roland Garros - 6-3, 6-1, 7-6 (4) contre Holger Rune, classé n ° 40, et à Wimbledon – 6-2, 4-6, 6-1, 7-6(6) contre le n°56 Brandon Nakashima.

Roublev coup droit
Photo : Martin Sidorjak

Rublev a été franc dans son évaluation après le match. "De toute évidence (c'était) un match fou", a-t-il déclaré. «Denis mérite aussi de gagner. Nous le savons tous, il mérite de gagner. Nous méritons tous les deux de gagner. Quand on joue ce genre de matchs, il n'y a pas de vainqueur, à mon avis. Évidemment, c'est un jeu, donc ça doit être quelqu'un. Mais les deux joueurs méritent de gagner.

Quant au côté des choses de Shapovalov, il a déclaré à TSN, "crédit à Andrey, il a joué de manière incroyable, s'est très bien battu. Je suis content de mon niveau mais évidemment très déçu d'avoir perdu – beaucoup de choses positives pour la suite.

«Je suis un peu un joueur pas flashy, mais j'ai encore besoin de temps pour m'installer dans mon jeu, grandir et m'améliorer bien sûr. Bien sûr, j'ai mis beaucoup de travail, donc c'est vraiment génial de voir le jeu sortir, mais malheureusement, ça ne clique pas toujours comme ça. Tellement heureux qu'il ait pu cliquer, déçu de la perte. Mais je vais juste prendre ce que j'ai et essayer de continuer à avancer.

Émotion de Shapovalov
Photo : Martin Sidorjak

Samedi, ce qu'il avait dans la tribune était une course folle, avec des statistiques racontant une partie de l'histoire – 76 gagnants et 72 fautes directes à 38 et 37 pour Rublev. Malgré le fait qu'il était parfois brillant pour revenir en profondeur sur le service de Rublev, il n'était pas aussi efficace que le Russe pour convertir les balles de break - 4/17 à 4/9 pour Rublev.

Difficile de savoir exactement quelle est la prochaine étape pour Shapovalov, mais il y a peut-être au moins une petite chance qu'il puisse jouer la Coupe Davis pour le Canada lors de la phase de groupes de la finale à Valence, en Espagne, la semaine après l'US Open. Le fait que Félix Auger-Aliassime ait dit qu'il reconsidérait le jeu laisserait penser qu'il aimerait que son coéquipier international de longue date le rejoigne. Mais ce ne sont que des spéculations alors que le Canada fait face à un groupe de quatre équipes difficiles qui comprend l'Espagne, la Serbie et la Corée.

LEYLAH SORTIE EN DOUBLE, TOUJOURS EN MIXTE

Fernadez et Sock sourient
Photo : Martin Sidorjak

Après avoir bouleversé la deuxième tête de série Coco Gauff et Jessica Pegula au premier tour, Leylah Fernandez et sa partenaire australienne Daria Saville ont été battues 6-7(5), 6-3, 7-6 [12-10] samedi par l'Américaine Bernarda Pera et la Hongroise Dalma Galfi. Fernandez/Saville ont eu une balle de match à 10-9 dans le jeu décisif du match décisif.

Dimanche, Fernandez est prévue pour son double mixte de deuxième tour avec son partenaire Jack Sock contre sa compatriote Gabriela Dabrowski et l'Australien Max Purcell. C'est le quatrième match sur le court 17 après que Dabrowski et Guiliana Olmos, du Mexique, les cinquièmes têtes de série en double féminin, disputent le deuxième match du court 17 contre Asia Muhammad des États-Unis et Ena Shibahara du Japon.





Cliquez ici pour voir l'article original