Rencontre Tennis

La vitrine NBO – Tennis Canada

La vitrine NBO – Tennis Canada


Vous ne pouvez pas organiser un tournoi de tennis sans argent. C'est ce qui fait avancer les organisations sportives professionnelles.

Comme la plupart des tournois, l'Omnium Banque Nationale tire ses revenus de trois sources principales : la vente de billets, les droits de diffusion et les partenariats publicitaires.

Sur place, les accords commerciaux se matérialisent sous forme de logos et d'emblèmes.

Logo Un Gogo

Que ce soit IGA et Sobeys, dont les noms ornent les principaux stades, ou des partenaires de longue date Rogers et Banque Nationale, il y a des logos partout.

Photo: Télévision de tennis

Ils sont dispersés dans et autour des stades où les détenteurs de billets en reconnaîtront trois ou quatre d'un seul coup d'œil. Sur la photo ci-dessous : Rogers, Peroni, IGA et BMW.

La quête vitale (et éternelle) des partenaires est menée par Claude Savard.

Il est bon. Il est génial, en fait. Il y a une raison pour laquelle il a passé 29 de ses 32 années à Tennis Canada en tant que vice-président des partenariats commerciaux.

Montréal et Toronto : un tournoi heureux

Il y a deux stades mais un seul partenaire, puisque la chaîne de supermarchés Sobeys, également propriétaire d'IGA, a acquis les droits de naming à Montréal et à Toronto dans un intervalle de 18 mois.

On comprend pourquoi Claude Savard et son homologue Rob Swann, directeur commercial de Tennis Canada à Toronto, sont en constante communication. Lorsqu'ils rencontrent des partenaires potentiels, ils peuvent offrir deux marchés différents en termes de visibilité et d'exclusivité.

« Nous nous appuyons sur le fait que nos partenaires veulent atteindre leurs clients. Et notre clientèle est vaste », a reconnu Savard. « D'abord, c'est environ 50 % de femmes et 50 % d'hommes, l'un des seuls sports où la répartition est presque égale. Donc, nous divisons nos offres en catégories et essayons de trouver la correspondance parfaite pour nos partenaires, sur le site et à l'écran.

La télé, aussi

Claude Savard gère une autre source de revenus pour Tennis Canada : les droits de diffusion. Bien que différents, les deux aspects de son travail se marient bien, puisqu'il s'assure également que les logos des partenaires soient visibles.

« Cela se fait naturellement. Bien entendu, nous vous demandons de modifier légèrement certains clichés pour qu'une marque apparaisse à l'écran, à gauche, à droite, en haut ou en bas du cadre. C'est une pratique courante et tout le monde collabore toujours.

Il s'assure également que les partenaires de Tennis Canada ont une visibilité sur place.

"Quand je regarde à la télévision et qu'un logo est caché, comme si le joueur met la serviette au mauvais endroit, je descends sur le terrain pendant la pause et résous le problème. Contrairement à vous et aux téléspectateurs, je ne regarde pas le match. Ne me demandez pas le score ! Je suis les logos. Je ne suis pas le ballon – ce n'est pas pour ça qu'ils me paient », a-t-il plaisanté.

Marketing et expérience client

La compétition est une chose, mais il est également important de divertir les détenteurs de billets entre les matchs et lorsque le jeu est retardé. C'est là que l'équipe marketing intervient pour soutenir l'équipe des partenariats en maximisant la visibilité des partenaires et en contribuant à l'expérience client.

Entrez la directrice du marketing Julie Gravel. La voici à côté de la réplique géante du trophée du vainqueur de l'Omnium Banque Nationale.

« Je suis fière de cet énorme trophée, et je suis fière de l'original que mon équipe a aidé à concevoir et à développer », a-t-elle déclaré. Le matériel rappelle deux raquettes entrelacées avec une balle posée sur les cordes.

Ne soyez pas surpris de voir des gens prendre des selfies avec en arrière-plan, car c'est exactement le but.

« Cela fait partie de ce que nous appelons notre Instagrammable des moments. En tant que spécialistes du marketing, notre objectif est d'amener les gens à voir la marque sur les réseaux sociaux et de divertir les détenteurs de billets qui veulent un souvenir de leur temps ici. Le hashtag géant OBN2022 sert le même objectif.

Une autre façon de combiner visibilité et plaisir est l'émission d'avant-match, qui propose du contenu intéressant, comme des interviews avec des joueurs et des organisateurs de tournois, ainsi que des analyses. Tout est retransmis sur les écrans géants pendant que les spectateurs affluent.

Et n'oubliez pas toutes les autres façons ludiques d'offrir de la visibilité aux partenaires et de rendre les clients heureux, comme le quiz des fans tout en haut des gradins entre les sets.

En affaires, tout est question de visibilité.

Et imaginez l'été prochain, avec la WTA à Montréal, l'une des favorites partagera peut-être un nom avec le stade.

Photo: WTATV





Cliquez ici pour voir l'article original