Rencontre Tennis

La prochaine génération reconnaît l’importance du Mois de l’histoire des Noirs, s’inspire des héros de l’enfance et des vedettes canadiennes actuelles

La prochaine génération reconnaît l’importance du Mois de l’histoire des Noirs, s’inspire des héros de l’enfance et des vedettes canadiennes actuelles


Tout au long du mois de février, Tennis Canada a célébré le Mois de l'histoire des Noirs, reconnaissant les réalisations des joueurs d'hier et d'aujourd'hui. Il est maintenant temps d'entendre parler de l'avenir du tennis canadien.

Victoria Mboko et Jaden Weekes sont de jeunes joueurs extrêmement talentueux qui sont sur le point de devenir professionnels. Tous deux ont joué un rôle important dans la campagne de financement de fin d'année de Tennis Canada, Où j'ai grandi, et tous deux sont des athlètes du Centre national de tennis présenté par Rogers (NTC). Leurs deux familles immédiates trouvent leurs racines à l'extérieur du Canada.

À seulement 15 et 17 ans respectivement, Mboko et Weekes sont parfaitement conscients de l'importance du Mois de l'histoire des Noirs et de la reconnaissance de l'héritage noir dans le sport du tennis. "Il y a tellement d'athlètes noirs dans le monde, et je pense qu'il est important que nous reconnaissions les athlètes de couleur et ce qu'ils représentent dans le monde du sport", a déclaré Mboko.

"Cela montre aux gens que n'importe qui peut le faire et si vous croyez en vos rêves, vous pouvez atteindre le sommet quelle que soit la race que vous êtes", a ajouté Weekes. "Donc, c'est très important, pas seulement pour les enfants mais pour tout le monde, de voir que vous êtes capable de réussir." Ayant grandi avec trois frères et sœurs aînés à Toronto, Mboko, qui a déjà terminé cette année deuxième en double féminin à l'Open d'Australie - aux côtés de sa compatriote canadienne et athlète du NTC Kayla Cross - et a remporté l'épreuve en simple J1 Porto Alegre sur terre battue, trace ses origines au Congo, d'où sont originaires ses parents.

Victoria Mboko et Kayla Cross (à droite) avec leurs trophées de finalistes après la finale de l'Open d'Australie junior en double. Photo : Martin Sidorjak

En tant que star du tennis ambitieuse, le jeune a commencé à jouer dans des académies locales à Burlington et s'est inspiré sans doute du plus grand de tous les temps… «Quand j'étais plus jeune, c'était une évidence que [my idol] était Serena [Williams]," dit-elle.

«J'ai vraiment aimé la façon dont elle était agressive à la ligne de base. Elle était et est si populaire et j'avais l'impression qu'elle représentait tellement la communauté noire. Non seulement en étant un exemple pour moi, mais pour de nombreux jeunes athlètes du monde entier. C'est vraiment bien d'avoir cette représentation.

Outre Williams, 23 fois championne du Grand Chelem, Mboko a plusieurs stars canadiennes du tennis à admirer alors qu'elle continue de se frayer un chemin vers le sommet du jeu. Cela comprend deux joueurs de couleur à Félix Auger-Aliassime et Leylah Annie Fernandez, qui ont tous deux connu un succès incroyable au cours de la dernière année, remportant leurs premiers titres professionnels et faisant des courses profondes au Grand Chelem.

"En tant qu'adolescent moi-même, c'est très inspirant de voir des athlètes de couleur sur le circuit", a ajouté Mboko. «Avoir des gens de couleur à admirer en tant que joueurs professionnels et vouloir marcher sur leurs traces, en particulier ces deux-là [Félix and Leylah], parce qu'ils sont aussi canadiens et qu'ils jouent à de si gros événements. C'est vraiment inspirant de les voir représenter également des personnes de couleur.

Photo : Martin Sidorjak

Weekes est né et a grandi à Montréal. Sa mère vient des Philippines, tandis que son père est originaire de Saint-Vincent-et-les Grenadines. Il a un frère aîné et une sœur cadette qui jouent également au tennis. Comme Mboko, il surveille de près les performances incroyables des Canadiens sur les circuits professionnels, notamment Auger-Aliassime et Fernandez.

"Je tire beaucoup d'inspiration et de motivation d'eux parce qu'ils ont suivi le même chemin que moi en ce moment", a-t-il déclaré. "Donc, voir leur succès est très, très motivant et je pense que cela me donne de très bonnes chances de réussir aussi."

Pendant l'intersaison, Weekes a régulièrement l'occasion de frapper avec Auger-Aliassime. Ce sont des moments à savourer pour le joueur de 17 ans, qui est influencé par le travail acharné et le dévouement dont l'actuel numéro 9 mondial fait preuve chaque jour sur le court.

« Chaque fois qu'il [Félix] est en ville, il aime frapper avec les jeunes et leur donner la chance d'avoir un coup avec lui », a déclaré Weekes. "Donc, c'est très bien, c'est très différent pour moi parce que le rythme est très différent mais c'est bien pour moi de voir ce que ça prend d'être un joueur du Top 10. Il est tellement dévoué et vous voyez qu'il a sa place là où il est grâce à son éthique de travail.





Cliquez ici pour voir l'article original