Rencontre Tennis

GIVING TUESDAY : QUAND DONNER AU CANADA L’AVANTAGE PAYE DES ANNÉES PLUS TARD

GIVING TUESDAY : QUAND DONNER AU CANADA L’AVANTAGE PAYE DES ANNÉES PLUS TARD


La finale de la Coupe Davis débute officiellement cette semaine à Malaga, en Espagne, et, pour la deuxième fois depuis 2019, l'équipe canadienne présentée par Sobeys fait partie des huit derniers pays en course pour le titre de champion du monde. En septembre dernier à Valence, notre équipe nationale dirigée par le capitaine Frank Dancevic s'est classée deuxième de son groupe du tournoi à la ronde et a décroché son billet pour la phase à élimination directe. Désormais, le jeudi 24 novembre à 10 h HE, Félix Auger-Aliassime, Denis Shapovalov, Vasek Pospisil, Alexis Galarneau et Gabriel Diallo affronteront l'Allemagne en quart de finale.

Interrogé sur le retour du Canada dans les quarts du prestigieux tournoi, Frank Dancevic a été très clair sur les intentions de l'équipe cette semaine : remporter le titre. Période.

« En 2019, nous sommes arrivés en finale [against Spain], et même si notre équipe était assez jeune, nous étions si près de la victoire », a déclaré Dancevic. "Malgré la défaite, nous avons pu voir à quel point nous étions bons en équipe et que nous pouvions être une menace pour les autres nations sur le terrain. Avance rapide jusqu'en 2022, et nos gars sont vraiment motivés, d'autant plus qu'ils ont déjà goûté à la finale, et qu'ils veulent la gagner. C'est notre prochain objectif : viser le titre.

Il ne faut que quelques minutes à Frank pour se convaincre que le championnat du monde de tennis est à portée de main pour le Canada. Avec 25 matches de la Coupe Davis à son actif (le troisième plus grand nombre dans l'histoire du pays) avant d'être nommé capitaine, il a aidé le Canada à remporter beaucoup de succès, suffisamment pour croire que tout est possible. L'un de ses meilleurs souvenirs de joueur en est un exemple frappant.

Photos : Tennis Canada

«En tant que jeune enfant, j'ai toujours rêvé de jouer à la Coupe Davis et j'étais très passionné de jouer pour le Canada. C'est peut-être la raison pour laquelle mon premier grand souvenir dans le tennis qui, selon moi, a vraiment changé ma carrière et changé mon chemin était en fait un match de Coupe Davis. En 2003, à 18 ans, j'ai eu la chance de jouer contre le Brésil à Calgary, et c'était énorme ! À ce moment-là, le Canada n'avait pas fait partie du Groupe mondial depuis plus de 10 ans et gagner cette égalité nous aurait qualifiés pour la première fois en une décennie. À l'époque, Grant Connell était le capitaine et mes coéquipiers étaient Daniel Nestor, Simon Larose et Frédéric Niemeyer.

La veille du dernier jour, Grant m'a appelé vers minuit pour m'informer que je jouerais le cinquième match si cela devait arriver, ce qui s'est produit. Dans un match décisif, j'ai fini par affronter Flavio Saretta, alors n°47, alors que j'étais classé quelque part entre le n°500 et le n°600. Je suis sorti en force et j'ai fini par gagner le match en quatre sets pour nous qualifier pour le Groupe mondial. Cela a été un énorme regain de confiance et un énorme tournant dans ma carrière. Après cette victoire, j'ai continué à gagner des tournois Challenger, et cela m'a fait croire en moi et croire que j'étais capable de gagner des matchs comme ça.

Pourtant, Frank Dancevic est bien conscient que les temps ont changé depuis lors. Aujourd'hui, le Canada compte sur des joueurs du Top 20 et une profondeur importante qui font du pays un adversaire redoutable lors des compétitions internationales. Il sait aussi que rien de tout cela n'aurait été possible sans les dons et les investissements faits par Tennis Canada au fil des ans pour donner un avantage à la prochaine génération de joueurs canadiens.

«Notre succès a commencé il y a des années avec les investissements que nous avons faits avec les juniors et les plus jeunes. Tout le soutien que nous leur apportons ne fait que donner un coup de pouce à la jeune génération. Bien sûr, pour faire simple, ces investissements ont eu une sorte d'effet boule de neige pour les femmes et les hommes. Des gars comme Milos Raonic et Vasek Pospisil ont vraiment lancé la relève avec Denis et Félix. Et maintenant, les jeunes avec qui je travaille au Centre national de tennis présenté par Rogers admirent Denis et Félix. Les 10 à 15 dernières années ont été formidables et formidables pour ce pays, et si nous voulons continuer à faire boule de neige, nous devons garder les joueurs de génération en génération », a déclaré Dancevic.

DONNER L'AVANTAGE AU CANADA

Vous pouvez contribuer au développement de la prochaine génération de joueurs talentueux en faisant un don pour soutenir les programmes de Tennis Canada.

Tennis Canada vient de lancer son nouveau Donner mardi campagne de financement, qui souligne comment de multiples éléments, au fil du temps, peuvent donner un avantage au Canada et permettre à nos joueurs d'atteindre les plus hauts niveaux du sport.

Dans le cadre de la campagne, notre propre championne de l'US Open 2019, Bianca Andreescu, doublera chaque don promis le 29 novembre avant minuit. Doublez l'avantage pour les joueurs de tennis canadiens de tous niveaux en contribuant dès aujourd'hui.

Grâce à vous, l'avantage est à nous. Et grâce à vous, cet effet boule de neige ne perdra rien de son élan !

Si vous avez des questions, veuillez contacter notre équipe de développement de fonds à fundraising@tenniscanada.com.





Cliquez ici pour voir l'article original

Inscription Gratuite

A lire aussi :