Rencontre Tennis

Apprenez à connaître Anne Belliveau et Eva Havaris, les nouvelles vice-présidentes de Tennis Canada

Apprenez à connaître Anne Belliveau et Eva Havaris, les nouvelles vice-présidentes de Tennis Canada


Au cours des dernières semaines, Tennis Canada a eu le plaisir d'accueillir deux nouvelles vice-présidentes au sein de l'équipe : Anne Belliveau, vice-présidente principale et chef du marketing, et Eva Havaris, vice-présidente partenariats et participation.

Anne Belliveau possède 25 ans d'expérience de direction en marketing, communications, développement des affaires et commandites dans des secteurs clés tels que les télécommunications, les arts de la scène et le sport amateur ici et à l'étranger. Avant de se joindre à Tennis Canada, elle était directrice du marketing chez Just For Laughs Group, le plus grand joueur mondial de l'industrie de la comédie, et a dirigé la transformation numérique de l'organisation. Elle a également été vice-présidente de la marque commerciale et des communications marketing chez TELUS, l'une des principales sociétés de télécommunications au Canada.

Eva Havaris a travaillé dans le sport aux niveaux provincial et national pendant plusieurs années. En 2006, elle s'est jointe à Rugby Canada et a été directrice associée du rugby féminin de haute performance et directrice du développement du rugby jusqu'en 2010. Elle a ensuite été chef de la direction de deux organisations sportives nationales : Taekwondo Canada (2010-2014) et Canada Équestre. (2014-2017). En tant que vice-présidente de la stratégie et des opérations de la ligue et chef de cabinet du York United FC, elle faisait partie de l'équipe de direction qui a lancé la Premier League canadienne. Avant de se joindre à Tennis Canada, Eva a occupé le poste de directrice générale d'Alpine Ontario.

Quand Eva et Anne sont arrivées à Tennis Canada, notre équipe leur a posé quelques questions pour mieux les connaître et comprendre ce qui les anime. Voici leurs réponses.

Logo de Tennis Canada
Photo : Martin Sidorjak

Pourquoi avez-vous choisi Tennis Canada?

Anne : Être à la tête du marketing de Tennis Canada, c'est essentiellement mettre trois de mes passions à l'œuvre : la technologie, le divertissement et le sport. J'ai une solide expertise dans ces trois secteurs, et je suis heureux de pouvoir l'utiliser pour les trois à la fois. Je crois que la technologie peut vraiment soutenir le développement des sports et des communautés, notamment en créant des expériences divertissantes comme l'Omnium Banque Nationale présenté par Rogers.

Aussi, l'une de mes valeurs fondamentales est de vivre une vie saine, et la mission de Tennis Canada m'a vraiment parlé à cet égard. Je n'utiliserais pas le marketing pour soutenir n'importe quoi. Atteindre les jeunes et leur inculquer les valeurs d'être actif, de sortir et de prendre soin de leur santé est quelque chose que je trouve très intéressant et motivant.

Eva : Il y a plusieurs raisons pour lesquelles j'ai choisi de me joindre à Tennis Canada. Premièrement, Tennis Canada est vraiment considéré comme une organisation de référence dans la communauté sportive canadienne, c'est donc une opportunité de faire partie d'une organisation et d'une équipe de leadership de classe mondiale. Deuxièmement, tout ce qui s'est passé dans le tennis au Canada au cours des cinq dernières années environ est très excitant, avec de nombreuses opportunités et défis à relever. Enfin, je ne pouvais pas laisser passer l'occasion d'apprendre d'un leader comme Michael Downey. J'ai été passionné par le leadership toute ma vie et je saisis toutes les occasions d'apprendre des meilleurs.

Votre amour du sport, quand a-t-il commencé ?

Anne : Mon amour du sport a commencé quand j'étais très jeune. Dans ma famille, le sport était extrêmement important, pas forcément en termes de performance mais plutôt en termes de style de vie : être dehors, s'amuser et profiter au maximum de chaque journée en étant actif. J'ai tellement de souvenirs d'avoir pratiqué toutes sortes de sports avec mes parents, comme le ski de fond, la raquette et plus encore. Donc, aujourd'hui, je me réveille chaque matin en pensant au moment où je serai physiquement actif ce jour-là. Cela fait partie de qui je suis.

Eva : Mon amour du sport a commencé quand j'étais une jeune fille, à exactement quatre ans. Ma mère m'emmenait voir les matchs de football de mon frère aîné et elle disait que j'étais tellement absorbée par les garçons qui jouaient. J'ai demandé à ma mère de me laisser jouer, alors elle est allée parler à l'entraîneur pour lui demander si je pouvais rejoindre l'équipe. Il n'y avait pas d'équipes féminines quand j'étais jeune, donc c'était ma seule option. L'entraîneur a finalement dit oui et le reste appartient à l'histoire. Mon amour du sport continue à ce jour. J'ai pratiqué plusieurs sports en grandissant au lycée et j'ai fini par me concentrer sur le football de haut niveau à l'université.

Quels sont les plus grands défis que vous voyez dans votre nouveau rôle ?

Anne : À la sortie de la pandémie, le plus important est de reconstruire l'équipe marketing pour vraiment accompagner le développement de l'organisation. Nous savons qu'il y a une pénurie de main-d'œuvre, il sera donc difficile de reconstruire rapidement en réponse à nos besoins. Il sera également important d'accompagner l'organisation dans sa transformation numérique. C'est l'une des priorités clés de Tennis Canada, et cela nécessitera du temps et des investissements importants en ressources financières et humaines.

De plus, soutenir l'évolution du tennis canadien et de nos athlètes restera une priorité élevée. L'avancée récente de notre nation sur la scène mondiale a été si rapide que nous devons nous assurer que cette croissance est bien gérée. C'est une situation globalement positive, mais cela représente toujours un défi.

Eva : Je pense que le plus grand défi, comme par le passé, est de se familiariser avec la culture unique du tennis et les nuances de ce sport. Comme tous les sports au Canada, il existe de nombreuses similitudes, mais chacun a sa propre culture et sa propre façon de faire les choses. En tant que personne à la recherche d'opportunités et de moyens d'innover et de grandir, se concentrer sur la recherche des joyaux du tennis au Canada – ce qui rend le tennis formidable – sera la clé pour vraiment accroître la participation et élargir nos partenariats.

L'équipe canadienne de la Coupe Billie Jean King brandit des drapeaux canadiens
Photo : Tennis Canada/Srdjan Stevanovic

Quel est votre souhait pour le tennis canadien?

Anne : Je veux que le tennis canadien devienne une référence dans le monde. Au cours des dernières années, le tennis canadien a considérablement augmenté, mais je suis convaincu que le meilleur reste à venir. Au Canada, nous avons tous les outils nécessaires pour être parmi les meilleures nations non seulement pour la haute performance, mais aussi pour un grand nombre de domaines : participation, accessibilité, équité, innovation, divertissement, etc. J'y crois profondément et c'est vraiment me motive au quotidien.

Eva : Je souhaite que le tennis soit le sport de choix pour tous les Canadiens d'un océan à l'autre et un sport qui offre un environnement sportif accueillant, ouvert et progressif pour les participants de tous âges et stades. Rencontrons les participants là où ils se trouvent tout en veillant à ce que le sport soit accessible.

Quel est ton mantra dans la vie ?

Anne : Ça dépend. En ce moment, c'est faire confiance au processus. Je suis quelqu'un qui voit toujours le verre à moitié plein, et j'avance avec beaucoup de positivité et de sérénité. Je crois fermement que les choses s'arrangeront si je fais confiance à la vie et aux gens qui m'entourent.

Eva : C'est le droit de naissance de chaque personne de vivre dans sa grandeur, et il est de notre devoir les uns envers les autres de soutenir les dons, les passions et le succès des uns et des autres.





Cliquez ici pour voir l'article original

Inscription Gratuite

A lire aussi :